you're reading...
Articles en français

Ernest Breleur renoue avec la peinture

Selim Lander

Tous les admirateurs d’Ernest Breleur  – et ils sont nombreux – se demandaient s’il reviendrait un jour à la peinture, abandonnée après la somptueuse série des Christ. Privilégiant alors le matériel radiographique, d’abord à plat puis en relief, il s’est lancé ensuite dans une exploration du féminin sous diverses formes : les montages de Passage par le féminin, les dessins de L’énigme du désir et enfin les caissons de la série des Paysages célestes[i]. Une évolution tant formelle que thématique et même idéologique, puisque Breleur a commencé à créer dans le cadre du groupe Fwomajé qui regroupait des artistes martiniquais à la recherche d’une esthétique proprement caribéenne, avant de rompre avec lui, en 1989, pour en inaugurer une autre, résolument contemporaine. À compter de ce moment, Breleur abordera la peinture puis plus généralement les arts plastiques de manière entièrement personnelle, même si nul ne saurait s’affranchir absolument de l’influence de son lieu, la Martinique, en l’occurrence, où réside Breleur et où il crée[ii].

C’est donc dans ce lieu improbable, tant il est pétri de contradictions, département français aux allures de colonie, qu’a émergé cet « artiste considérable »[iii] qu’est Ernest Breleur, considérable, en effet, et même incontestablement le plus puissant de tous ceux, pourtant nombreux, qui, aux Antilles, font montre de leur talent[iv]. L’œuvre de Breleur a quant à elle depuis longtemps dépassé les rivages martiniquais et c’est à Paris, plus précisément à Romainville, dans un quartier en train de sortir de terre, le nouvel emplacement du collectif de galeries Komunuma (« communauté » en espéranto), jouxtant les réserves du FRAC Île-de-France, que s’est tenue récemment une exposition de ses dernières œuvres.

Mythologie de la lune, 2022, acrylique sur toile, 142.5×112.5 cm

Dans ces tableaux qui marquent son retour à la peinture, Breleur revient au moment crucial de la rupture idéologique évoquée plus haut, qui s’était traduite dans une série baptisée Mythologie de la lune. Des tableaux sur des fonds brouillées, sombres le plus souvent, sur lequel se détachaient des personnages féminins grassouillets, peints un peu à la Bacon[v], privés de leur tête à l’instar de ceux que l’on découvrira quatre ans plus tard, stylisés et figés dans la série des Christ. Les figures de Mythologie de la lune semblent quant à elles aspirées vers le haut du tableau par une lune toujours représentée sous la forme d’un croissant, lequel n’est pas disposé verticalement comme dans des climats plus tempérés (formant ainsi l’arrondi du p ou du d du premier ou du dernier quartier) mais presque à l’horizontale, comme on peut le voir dans le ciel de la Martinique, et le plus souvent chez Breleur, ouvert vers le haut, à l’instar d’une nef. Au sol, un petit chien s’affaire.

Selon Dominique Berthet, dans l’ouvrage qu’il a consacré à Ernest Breleur[vi], l’absence de tête sur les corps qui semblent flotter dans le ciel indiquerait le souci du peintre de représenter l’universel[vii]. Ces corps de l’un ou l’autre sexe, cependant, ne sont pas quelconques. Outre qu’ils appartiennent visiblement à des individus féminins (mais ils pourraient être aussi bien des hommes aux yeux du regardeur) et plutôt de race blanche ou brune, leur masse rend d’autant plus improbable une ascension in excelsis. Images paradoxales, donc, et d’autant plus frappantes. Toujours selon D. Berthet, la lune symboliserait une sorte de lumière spirituelle. Elle n’est en tout cas pas totalement hors de la portée des humains comme l’attestent plusieurs tableaux. Quant au petit chien, il représenterait un compagnon plutôt pathétique, un témoin de nos échecs répétés.

Mythologie de la lune, 2022, acrylique sur toile, 149×146 cm

On peut expliquer un tableau ancien, la scène qui est représentée, les figures mythologiques ou autres qui y figurent. On peut seulement interpréter les tableaux modernes, avec toute l’incertitude que cela suppose[viii]. Interprétation pour interprétation, les tableaux récents – dont on nous dit qu’ils ont été peints en quelques mois – qui portent toujours l’intitulé Mythologie de la lune, nous paraissent dégager la même paradoxale « légèreté d’être »[ix] évoquée par Breleur lui-même, pour ne pas dire une certaine allégresse, que dans la série initiale.

Non qu’il s’agisse d’une simple répétition d’une série à l’autre. Cela tient sans doute d’abord au fond, plus homogène, plus « propre », où le bleu prédomine nettement, un bleu foncé mais lumineux, ce qui frappe en premier dans ces grandes toiles. Par ailleurs, s’il y avait certes de

l’humour dans les toiles de 1989, celui-ci s’exprime plus librement désormais, par exemple dans des tableaux où la lune, parfois dédoublée, est attrapée au lasso où à l’aide d’un escalier. Et s’il y avait déjà une ronde dans la série initiale (reproduite dans l’ouvrage de D. Berthet) – ronde que l’on peut rapprocher de La Danse de Matisse (version 1910) à ceci près que les danseurs, chez Breleur, sont délivrés de la pesanteur et flottent dans l’air – celle de la série actuelle s’en distingue par sa solution de continuité, ouverture qui ouvre des perspectives nouvelles, ajoute un degré de liberté qui n’existait pas auparavant.

Mythologie de la lune, 2022, acrylique sur toile, 159×118 cm

Quid des chiens ? En 1989, déjà, ils avaient un petit air rigolo et il leur arrivait parfois, à eux aussi, de s’envoler. C’est maintenant presque toujours le cas et l’on constate même dans deux tableaux de la nouvelle série que les petits chiens eux-mêmes paraissent maintenant aspirés vers le haut, à l’inverse des humains/humaines cloués au sol. Hasardons une hypothèse : est-ce s’éloigner beaucoup de la signification sous-entendue par l’artiste que de rapprocher ces charmants animaux aériens des personnages nus, en réduction, qui représentent l’âme des défunts dans certains tableaux du Moyen Âge, par exemple dans la miniature reproduite ici, tirée des Grandes Heures de Rohan (1430-1435), où l’âme de l’homme qui vient d’expirer est disputée par un ange et un démon ? 

Grandes Heures de Rohan, 1430-1435

Dans le texte publié à l’occasion de l’exposition à l’Habitation Saint-Étienne, en 2013, Breleur écrit ceci à propos de Mythologie de la lune : « Les corps sans tête atteints de cécité et les âmes s’élèvent vers le ciel »[x]. Une phrase difficile à déchiffrer : où se trouvent en effet les âmes dans les tableaux ? Faute de cette précision, il n’est pas interdit de penser que pour le peintre lui-même, ses chiens volants ne représenteraient rien d’autre que nos âmes.

Ernest Breleur, Mythologie de la lune, Maëlle Galerie, Komunuma, Romainville, du 6 novembre au 15 décembre 2022.


[i]      Selim Lander, « Les Paysages célestes d’Ernest Breleur », AICA-SC, 26 août 2020.

[ii]     « J‘aime être à la fois dans mon lieu et être sur les rivages des autres mondes », Ernest Breleur in « Remettre l’art en question », AICA-SC, 12 avril 2017.

[iii]    Patrick Chamoiseau, « Méditation auprès d’Ernest Breleur », Théorie et critique d’art en Caraïbe, AICA-SC et    Fondation Clément, 2006.

[iv]    Aidés en ceci par les expositions montées par la Fondation Clément, au François, par les numéros successifs de la revue Recherches en Esthétique, par les articles des membres de l’AICA-CS.

[v]     Parenté revendiquée par le peintre. Cf . « Peintures d’Ernest Breleur à l’Habitation Saint-Étienne », AICA-SC, 1er avril 2013.

[vi]    Dominique Berthet, Ernest Breleur, HC Editions et Fondation Clément, 2008.

[vii]  Rétrospectivement, Breleur dira de ses personnages sans tête qu’ils « accentuent le dimension de théâtralité et de tragédie dans la peinture » in Cassandre-HorsChamp, n° 82, 5 juillet 2010.

[viii] La seule explication qui demeure possible d’une œuvre contemporaine est d’ordre technique : matériaux utilisés, composition. Le « sens » qu’il convient de lui accorder relève de la subjectivité, celui que lui donne l’artiste ne traduit qu’une intention, la liberté du regardeur demeure entière. « Concernant la question du sens, il faut accorder cette ultime liberté au regardeur », dira Ernest Breleur in « Remettre l’art en question », op. cit.   

[ix]    Soulignée à propos de la série initiale par le peintre lui-même in « Peintures d’Ernest Breleur à l’Habitation Saint-Étienne », op. cit.

[x]     « Peintures d’Ernest Breleur à l’Habitation Saint-Étienne », op. cit.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :