you're reading...
Articles en français

Les oriflammes de Myrlande Constant

Si, de manière générale, l’effacement de l’auteur ou du critique -et pourquoi pas du scripteur si vous préférez- me semble plus élégant, aujourd’hui, je vais vous parler à la première personne d’une œuvre qui a véritablement retenu mon attention. Pourquoi ? Parce qu’elle est extrêmement originale. Peut – être unique en son genre. Parce qu’elle s’inscrit à la fois dans la tradition et dans l’inventivité. Parce qu’elle est un parfait exemple de créolisation puisqu’elle associe la technique de broderie de Lunéville, quartier de Nancy en France et l’imagerie haïtienne, déjà elle-même syncrétique puisqu’elle fusionne des représentations de personnages bibliques et du panthéon vaudou. Il s’agit des oriflammes de Myrlande Constant.

Myrlande Constant

Myrlande Constant est une artiste haïtienne et autodidacte, formée par sa mère mais aussi dans le cadre de son emploi dans une entreprise de broderie de robes de mariée. Elle n’utilise donc pas la technique des ateliers de fabrication de drapo vaudou. Elle ne coud pas de paillettes mais pratique le perlage, c’est-à-dire qu’elle fixe de petites perles rondes préalablement enfilées, au moyen d’un crochet. Comme elle travaille le revers de l’œuvre, elle ne voit pas directement l’image se construire.

Signature brodée

Son inspiration la rattache cependant à la tradition des drapo vaudou. Les oriflammes brodées font partie du rituel. Dans son article Art du vaudou haïtien entre toiles et oriflammes publié dans le cadre d’une exposition du Centre culturel du Marin en 1993, Michèle Baj –Strobel signale que les premières attestations de l’existence des oriflammes, dans un ouvrage de Paul Reboux, Blancs et noirs carnets de voyage, remontent à 1915.  Une   photographie d’un autel Agwè, prise en 1930 par Harold Coulander, confirme la présence de peintures murales, d’oriflammes et de chromos dans les lieux de culte. Par la suite, une production non destinée au culte,  spécialement conçue  pour le marché étranger s’est développée. Puis des artistes contemporains, comme Edouard Duval Carrié, Pierre Barra, Dubreus Lherisson,  David Boyer  se sont également emparé  de cette forme plastique en la reconfigurant.

David Boyer

Dubreus Lherisson

Pierrot Barra

Dans un numéro du nouvelliste de mars 2018, Gérald Alexis explique que Pierrot Barra (1942–1999), prêtre vodou et président de société secrète, qui fabriquait des drapo vaudou  avait voulu développer son travail en trois dimensions et avait créé  ce qu’il appelait des reposoirs.  Ce sont des assemblages rembourrés de tissus, de rubans, auxquels sont ajoutés miroirs et têtes de poupées. David Boyer, pour sa part, introduit l’usage des boutons.

 Les créations de Myrlande Constant sont généralement de très grande taille et  ont une composition similaire à celle des tapis. Une bordure principale, décorée de motifs abstraits ou symboliques, entourée de deux bordures plus fines, les bordures secondaires intérieure et extérieure, encadrent une image figurative qui constitue  le motif central. Ces scènes sont inspirées du panthéon vaudou ou de scènes bibliques. Il peut s’agir d’un personnage central en majesté ou de scènes plus complexes avec une multiplicité de petits personnages de taille différente et des éléments de décor. L’une d’entre elles présente une amorce de perspective avec ses murs obliques et l’orientation des  petits cercueils du fond. Des lettres brodées accompagnent souvent l’image, souvent le nom et la qualification du personnage représenté ainsi que  la signature dont le S ou le N se retrouvent parfois inversés en raison sans doute de la réalisation de l’œuvre sur l’envers.

Myrlande Constant

Myrlande Constant

Myrlande Constant

 

C’est un corpus d’oeuvres très riche, diversifié et original qu’une analyse approfondie contribuerait à mieux  comprendre et diffuser.

Dominique Brebion

 

Discussion

Une réflexion sur “Les oriflammes de Myrlande Constant

  1. Très intéressant 🤔 merci 🙏🏿 Pour ce bel article

    Publié par Jahkadî & Miss-Teekadî | 17 janvier 2020, 16 h 35 min

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :