you're reading...
Articles en français

Aubrey Williams et le Caribbean Art Movement

L’Aica Caraïbe du Sud poursuit son objectif d’élargir  la connaissance de  la création artistique de la Caraïbe. Que les spécialistes de l’art contemporain,  étudiants, amateurs et commissaires, partagent les mêmes savoirs semble essentiel et susceptible de favoriser une réflexion critique plus approfondie. Commet proposer une critique nuancée et échanger avec nos homologues caribéens si nous ne maîtrisons pas les mêmes concepts, le syndrome de Marco Polo ou l’abstraction divergente par exemple ?  Et aujourd’hui, c’est d’Aubrey Williams et du Caribbean Art Movement qu’il sera question même si d’autres articles sur le même sujet ont déjà été publiés.

https://aica-sc.net/2017/04/09/connaissez-vous-le-caribbean-art-movement/

Shostakovich 10th Symphony Opus 93 1981 ©Aubrey Williams Estate. Photo Jonathan Greet

Aubrey Williams (1926 – 1990) est un plasticien du Guyana, seul état du Commonwealth en Amérique du Sud.  Il s’est  installé à Londres dès 1952. Du 13 Septembre au 27 octobre, une galerie de Londres, l’October Gallery   présente une large rétrospective de son oeuvre.

Sa carrière personnelle a été couronnée de succès et  son engagement dans le Caribbean Art Movement a eu un impact notable. Il  reflète le contexte social et politique de l’époque. Pour tous ceux qui veulent en apprendre davantage, le livre d’Anne Wamsley, une critique très active,  spécialiste de cette période et du développement de l’art de la Caraïbe en Grande Bretagne est une excellente référence.

Book on the Caribbean Artists

Au delà de leurs propres productions artistiques, les adhérents du CAM luttaient pour une meilleure représentation de la culture, de la vie, de la communauté caribéennes en Grande Bretagne. Dans les années soixante, des écrivains, des poètes, des peintres, des historiens et des créateurs  se sont unis  pour une meilleure reconnaissance de leur culture    au sein de la suprématie blanche britannique. De nombreux caribéens natifs des anciennes colonies venaient poursuivre leurs études en Angleterre, prolongeant ainsi le flux migratoire amorcé après la seconde guerre mondiale  en raison du manque de main d’œuvre. Dans ce contexte, le CAM travaillait à l’émergence d’une identité noire britannique. Il  cherchait à promouvoir les anciennes traditions, la musique,  l’héritage africain de la Caraïbe.

Codex II 1986 ©Aubrey Williams Estate

D’une certaine façon, l’ abstraction  d’Aubrey Williams était une forme de rébellion contre toute classification, comme le montre par la suite son retour à la figuration, puis sa fusion d’abstraction et de formes pré-colombiennes.  Aubrey Williams s’est attaché à explorer ses racines ancestrales, son identité culturelle, son héritage sud- américain marqué par la colonisation britannique.

https://africanah.org/aubrey-williams-and-the-caribbean-artists-movement-cam/#.W74oh3JfJjR.facebook

 

 

Discussion

Une réflexion sur “Aubrey Williams et le Caribbean Art Movement

  1. Merci Aica pour cet article sur la Caraibe ,
    ,pour cette dynamique de mise en relation.je decouvre l artiste et le mouvement

    Publié par Breleur | 18 octobre 2018, 6 h 11 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :