you're reading...
Articles en français

Estructuras de Carmen Herrera

Carmen Herrera, Estructuras 1966 Photo Cuban Art news

Carmen Herrera, Untitled Drawings 1966
Courtesy Lisson Gallery

En décembre prochain  s’ouvrira au Metropolitan Museum de New- York, l’exposition Epic Abstraction : Pollock to Herrera avec des œuvres de la collection du  Met, Autumn Rhythm (1950) de Jackson Pollock, Mrs. N’s Palace (1964–77 de Louise Nevelson  ainsi que des œuvres de Kazuo Shiraga (Japon),  Ilona Keserü (Hongrie) Helen Frankenthaler, Carmen Herrera, Shiraga, Joan Snyder et  Cy Twombly. Voilà qui confirme la consécration, certes très tardive, de l’artiste cubaine Carmen Herrera. Installée depuis des décennies à New – York, après avoir vécu à Paris où elle a travaillé et exposé avec  Theo van Doesburg et  Piet Mondrian, cette dernière a dû attendre son centième anniversaire pour être enfin reconnue à travers une rétrospective, Lines of sight ,  au Whitney Muséum en fin 2016. Elle a vendu son premier tableau à quatre- vingt- neuf ans alors qu’aujourd’hui, ses enchères s’envolent à 970 000$ ou encore 1 176 000 $ chez Philipps.

armen Herrera, drawings 1967 Couretesy Lisson Gallery

 

Carmen Herrera, Pavanne Black 1967 2016
Courtesy Lisson Gallery

En ce moment, la galerie Lisson de New- York présente au sein de cet ensemble de treize œuvres, Estructuras,   deux sculptures exceptionnelles de 1970, Amarilla estructura et Azul tres  mais aussi de nouvelles créations en aluminium peint. Huit œuvres sont accrochées aux cimaises, trois disposées au sol, la plupart conçues dans les années soixante mais matérialisées en 2018. Des dessins accompagnent les sculptures, démontrant à quel point sa pensée est architecturale.

Carmen Herrera
Courtesy Lisson Gallery

Carmen Herrera est une adepte de l’abstraction géométrique pure. Son abstraction architecturale annonçait le minimalisme des Carl André, des Donald Judd. Carmen Herrera joue sur la simplicité formelle, des plans monochromes aux couleurs saturées, la symétrie, l’asymétrie, le rythme et épure ses formes pour ne retenir que l’essentiel. Le blanc des cimaises, révélé par les vides des formes monochromes, peuvent jouer le rôle de seconde couleur.

 

Carmen Herrera, Estrucura Amarilla 1967 2016 Couretesy Lisson Gallery

 

Carmen Herrera, Untitled Estructura (Red) 1966 2016
Courtesy Lisson Gallery

Voilà une œuvre rigoureuse, exemplaire, magistrale…un chemin de vie.

 

Carmen Herrera Lisson Gallery New – York Courtesy Lisson Gallery

DB

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :