you're reading...
Articles en français

L’objet comme matériau plastique

Ernest Breleur
Paysages célestes
2017-2018
Photos Jérôme Michel- Courtesy Maelle galerie

Une récente visite de l’atelier d’Ernest Breleur nouvellement restructuré m’a  révélé sa dernière série, Paysages célestes. Les artistes ne créent pas dans le désordre. Une œuvre procède d’une autre. L’artiste suit un cheminement que la propre nécessité de son développement lui invente. Chaque œuvre n’est qu’un maillon lumineux de la chaîne d’un développement poétique comme le disait Dominique Fourcade. Et ce qui m’attache, entre mille et une autres raisons,  à l’œuvre dense et toujours surprenante d’Ernest Breleur, c’est que je tâche de suivre ce cheminement depuis les peintures de la Série blanche jusqu’aux dessins et installations du Vivant, passage par le féminin en passant par les Portraits sans visage.

 Cette  série récente,  Paysages Célestes,  a par ailleurs  entraîné ma réflexion  vers le statut de l’objet dans l’art contemporain caribéen.

Dans le contexte caribéen, l’originalité d’Ernest Breleur dans cette nouvelle série Paysages célestes, c’est de privilégier la fonction poétique de l’objet et de l’inscrire dans le champ de la légèreté, du ludique, de l’onirique.   C’est une méditation sur notre destin final, sur la nature de cet espace céleste qui n’a pas d’existence concrète, palpable et qui, plus on s’en rapproche, davantage se dérobe. Ernest Breleur conquiert avec cette série une immense liberté de création et offre au spectateur, dans le même temps, une indépendance d’interprétation toute duchampienne tout en explorant différents questionnements plastiques. Celui du cadre, déjà présent dans la série précédente, Le vivant passage par le féminin. Les formes souples ovoïdes sont devenues des boîtes encadrées de blanc mais l’interrogation « comment créer un continuum entre le dedans et le dehors » reste centrale. Pour Ernest Breleur, comme pour Edouard Glissant « Il n’y a de frontière que pour cette plénitude enfin de l’outrepasser ». Le plasticien inscrit sa démarche dans la crise du cadre de l’art contemporain et explore d’autres voies, redéfinit l’espace de l’œuvre en lui inventant de nouvelles frontières dans une constante prise de risques.

Il aborde également la problématique de l’objet. Comment détourner  ces produits de la société de consommation  sans grande valeur, jouets en plastiques, fleurs artificielles, colifichets féminins bon marché, les sortir de leur contexte, les reconfigurer, leur conférer une autre signification qui émergera de leurs relations au cœur de la  cohérence plastique globale de l’œuvre où se croisent aussi des citations de tableaux entrés dans l’histoire de l’art, Dali, Renoir, Vinci et des touches picturales discrètes.

En Europe, l’objet a longtemps été représenté en peinture dans les natures mortes et autres vanités avant de faire une entrée fracassante dans le champ de l’art avec Marcel Duchamp puis  de s’y installer magistralement avec le surréalisme, le nouveau réalisme mais aussi le Pop art américain.

Certains artistes  produisent des machines poétiques à partir d’objets quotidien collectés dans l’environnement urbains et recyclés, d’autres privilégient le fonctionnement symbolique de l’objet ou interrogent, par leur intermédiaire, les codes de présentation ou de représentation de l’œuvre.

Et dans la Caraïbe ?

A quoi correspond le choix de l’objet comme matériau plastique ? S’agit – il  de la   quête d’un langage plastique plus actuel ? D’une  réponse à la surproduction d’objets de la société de consommation ? Qu’apporte l’objet en comparaison du dessin, de la peinture, de la sculpture ?

On pense aux Expressions – clés d’Hamid de 1992 où l’artiste inscrit dans un même espace pictural, une toile creusée d’une alvéole, un jouet, singe ou cavalier playmobil et sa représentation graphique. On pense encore à l’assemblage ludique de Thierry JarrinBigoudia (2010) qui transforme une bonbonne de gaz coupée en deux en une   femme de profil  en bigoudis ou à la série Hélico de Laurent Valère

Hamid
Le Cavalier
1992

Hamid
Déforestation
1992

Thierry Jarrin
Bigoudia
2010

Comment définir la place de l’objet dans les productions contemporaines de la Caraïbe ?

Quelques plasticiens, peu nombreux cependant, utilisent des éléments naturels, soit de manière systématique, oursins et coraux chez Serge Goudin – Thébia soit de manière plus ponctuelle, la mâchoire de requin de Blue Curry (Untitled 2009)  ou les os d’oiseaux, arrêtes de poison, coquilles de crabe ou plumes  d’Hybrid realities   de Keisha Castello (Jamaïque 1970) .

SErge Goudin Thebia
Sawakou
1998

Keisha Castello
Hybrid realities
2007

Mais le plus souvent, ce sont plutôt  des objets, porteurs de vécu,  récupérés et recyclés  comme chez Nari Ward, Christian Bertin, Tony Capellan. Ou bien des produits neufs de la société de consommation, jouets et fleurs en plastique, colifichets divers, perles bon marché  comme chez Pepon Osorio, Ebonny Patterson, Hew Locke, Ernest Breleur.

Pepon Osorio
La bicicleta
1985

Ces articles apparaissent dans des assemblages, des installations voire des environnements.

Dans ses assemblages Blue Curry (Bahamas 1974) privilégie l’association insolite de deux ou trois objets : mâchoire de requins et bandes magnétiques,  conque de lambi en céramique, cendrier et carrousel de projecteur de diapositives, pneu usagé et perles en plastique. Le trophée  animal  et les rubans  magnétiques aujourd’hui obsolètes sont tous deux « exotiques » mais dans des registres différents.  Ce qui intéresse Blue Curry, à la manière de Lautréamont et des surréalistes, ce sont les combinaisons inattendues. Il dépayse des objets familiers, leur confère un nouveau rôle qui crée une relation incertaine et ambigü à ces objets. L’artiste ne tient pas à orienter la lecture du spectateur dans un sens ou un autre et semble attaché au concept de l’oeuvre ouverte d’Umberto Eco : « L’œuvre d’art est un message fondamentalement ambigu, une pluralité de signifiés qui coexistent en un seul signifiant. Cette valeur, cette espèce d’ouverture au second degré à laquelle aspire l’art contemporain pourrait se définir en termes de signification, comme l’accroissement et la multiplication des sens possibles du message. »

Blue Curry
Untitled
2009

Blue Curry
Untitled
2011

Christian Bertin (Martinique 1952) réduit également ses assemblages à deux ou trois objets contradictoires : poutre, coutelas et emplâtre ; timbales en métal cabossé, carré de moquette noire, zinc ; tambour de machines à laver, poutres vermoulues, aile de voiture et veste rigidifiée pour évoquer les tourments de la société martiniquaise.

Christian Bertin

Arthur Simms;
Globe The Veld
2004

Arthur Simms (Jamaïque 1961) se réclame de Duchamp et des Surréalistes. Ses objets quotidiens , agglomérés comme pris au piège dans un filet de cordes relèvent aussi de l’insolite et évoque son propre parcours de vie  et son multiculturalisme.

Dans ces assemblages, l’objet est dépaysé, décontextualisé. De sa rencontre avec d’autres objets  émergent de nouvelles significations.

Nari Ward
Amazing Grace 1993

Tony Capellan
Mar Caribe

Les installations peuvent être constituées soit d’objets de rebut  soit de produits manufacturés. Tony Capellan (République Dominicaine, 1955)  et Nari Ward (Jamaïque, 1963) choisissent des objets usés, rejetés voire   des ordures pour composer leurs oeuvres. Pour son installation in situ la plus célèbre, Mar Caribe, exposée plus de dix fois entre 1996 et 2017 dans des institutions internationales, Tony Capellan collecte sur les berges dominicaines les tongs usées soustraites à leurs propriétaires des quartiers populaires par des inondations. Ce sont près de cent cinquante vieilles poussettes abandonnées  que Nari Ward a collecté dans des quartiers populaires de New – York pour Amazing Grace.   Ward a agencé un cheminement au sein des poussettes où déambule le public au son d’une  interprétation du cantique  « Amazing Grace »    par la chanteuse de gospel Mahalia  Jackson. Tous deux subvertissent également la fonction originale des objets. De plus, ces installations sont fondées sur la répétition –juxtaposition  d’un même objet, tout comme Sanfika de Pinas, ce qui leur confère une forte présence. A l’opposé, les installations de Tirzo Martha (Curaçao 1965) sont fondamentalement hétéroclites. On pourrait croire un chantier abandonné ou le bagage arrimé en urgence de migrants sur le départ.   Lorsqu’elles sont plus structurées, elles évoquent un autel.

Marcel Pinas
Sanfika
2009

Tirzo Martha
2010

Marcel Pinas (Surinam, 1971) et Scherazade Garcia (République dominicaine 1966) optent pour des produits neufs.  Pieken Kukuu de Marcel Pinas questionne la confrontation de la tradition culturelle et du flux contemporain en reproduisant la disposition des intérieurs surinamiens ou en gravant des graphismes ancestraux sur les couverts d’aujourd’hui. Si l’on retrouve des ustensiles de cuisine dans les installations de Marcel Pinas, la bouée de sauvetage semble être un leitmotive de Scherazade Garcia qui développe des récits allégoriques sur la migration, le métissage, les conséquences de la colonisation.

Marcel Pinas
Pieken Kukuu
2007

Sherazade Garcia
Lanscape of Paradise 2011

Les Environnements,  variantes de l’installation au sein desquels le public peut déambuler au lieu de simplement tourner autour, sont rares.  The west indian front room de Michaël McMillan (Saint – Vincent, 1962) et School at Pelgrim village de Marcel Pinas sont des reconstitutions d’intérieurs traditionnels, d’un salon typique des années soixante – dix d’émigrés caribéens à Londres pour le premier, d’une salle de classe de Pelgrimkondre au Surinam, pour le second. L’un et l’autre plaident en faveur la préservation d’une culture menacée.

Marcel Pinas
School at Pelgrim village
2005

Michael Mc Millan
The west indian front room
2005-2006

Les objets, neufs ou recyclés sont souvent porteurs de messages politiques, sociologiques, écologiques. Ils dénoncent l’extrême pauvreté de la population dominicaine chez Tony Capellan, la violence de la mondialisation et de l’impérialisme chez Hew Locke, l’inertie policière après des tueries en Jamaïque, l’indispensable préservation et diversité des cultures,  mais ils peuvent aussi  fonctionner comme des matériaux plastiques. Ainsi, les  tongs de Tony Capellan, appellent l’attention sur les conditions de vie précaire des dominicains mais, par leur agencement minutieux, créent un dégradé des tons de bleu.

Ebony G. Patterson, Hew Locke, Pepon Osorio  comme Ernest Breleur construisent leurs œuvres avec une multitude de petits objets kitsch, jouets en plastiques, fleurs artificielles, babioles, perles. Dans les installations de Pepon Osorio, ils ont une fonction décorative et déconcertante. Ils modifient la perception de l’objet en lui conférant une étrangeté déstabilisante.

Hewe Locke
El dorado
2004-2005

Hew Locke
Chariots of God

Hew Locke
Black Queen (détail)

L’accumulation de pacotilles participe à la configuration de la forme d’Eldorado (2005) et de Kingdom of the blind (2008) du plasticien Hew Locke. Ils fonctionnent donc à la fois   comme matériaux de l’art et comme porteurs de message de manière similaire à Mar Caribe.

Les armes- jouets en plastique prédominent chez Hew Locke et Ebony G. Patterson pour stigmatiser la violence du monde moderne. Alors que la bimbeloterie façonne les formes de Hew Locke, lorsque Ebony G. Patterson insère des fanfreluches dans ses œuvres, elles sont placées au départ, au sol, sous les œuvres comme des offrandes avant de devenir des accessoires de modes intégrés dans le corps même de l’oeuvre.

Ebony G. Patterson
Untilted Souljah from the disciplez series 2009

Ebony G. Patterson
Dead Treez’
2014

A l’opposé des artistes caribéens qui utilisent aussi les petits objets kitsch de la production de masse, comme Ebony G. Patterson, Hewe Locke, Pepon Osorio, Ernest Breleur ne recherche ni l’accumulation, ni la saturation, ni la revendication sociale. C’est plutôt une quête d’espace, de transparence, de merveilleux.

Ernest Breleur
Paysages célestes
2017-2018
Photos Jérôme Michel-Courtesy Maelle galerie

Ernest Breleur
Paysages célestes
2017-2018
Photos Jérôme Michel-Courtesy Maelle galerie

Ernest Breleur
Paysages célestes
2017-2018
Photos Jérôme Michel-Couretesy Maelle galerie

Ernest Breleur
Paysages célestes
2017-2018
Photos Jérôme Michel-Courtesy Maelle galerie

«  Les objets de la réalité n’existent pas seulement en temps que tels : de la considération des lignes qui  composent le plus usuel d’entre eux surgit une remarquable image- devinette avec laquelle il fait corps et qui nous entretient, sans erreur possible, du seul objet réel, actuel, de notre désir »affirmait André Breton, ce qui se vérifie dans Paysages célestes.

Avec l’objet et ses différents modes d’insertion dans l’art, un regard critique est porté sur les définitions de l’art, sur les relations du regardeur à l’œuvre, sur la fonction même du plasticien.

Dominique Brebion

Discussion

3 réflexions sur “L’objet comme matériau plastique

  1. Chere Dominique je suis Ravi de ton article d une grande finesse d analyse mais aussi de ton analyse des oeuvres Caribéennes. j y apprends des choses.Tu es certainement la plus grande spécialiste de mon oeuvre ce qui fait émerger toujours une grande pertinence de tes propos.  La justesse de ton dire me rend davantage enthousiaste. Merci de ton écoute de ton accompagnement . L artiste en a besoin, il n est pas totalement seul dans son cheminement Rnest

    Wysłano z telefonu Samsung

    Publié par victor.breleur | 9 mars 2018, 9 h 20 min
  2. bonjour à vous , je viens de découvrir votre blog très intéressant , j’adore l’art !!! je m’abonne .. Je vous invite aussi à venir découvrir mon univers laviehealthydegaelle.com à bientôt

    Publié par gaelleH. | 9 mars 2018, 10 h 20 min

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Percer le secret des objets | Aica Caraïbe du Sud - 1 juillet 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :