you're reading...
Articles en français

Challenge critique 2015 de l’Aica Caraïbe du Sud : Gérald Alexis

Voilà le challenge critique proposé par l’Aica Caraïbe du Sud le 10 avril dernier  pour  créer un espace de réflexion, d’échanges,  d’émulation entre critiques et  un espace de valorisation des artistes

https://aica-sc.net/2015/04/10/challenge-critique-2015-de-laica-caraibe-du-sud/

A partir d’aujourd’hui, les textes seront publiés les uns après les autres sur le blog tout au long de ce mois de juin  et les résultats seront annoncés en fin juin, le temps pour les membres du jury de se réunir et de délibérer.

La question posée :

Et vous quelle lecture feriez vous de cette œuvre d’Ernest Breleur ?

 

Série Christ 1994 Acrylique sur toile

Série Christ
1994
Acrylique sur toile

Critiques, apprentis critiques …à vos stylos, à vos claviers !
Envoyez avant le 10 Juin 2015 à aica-sc@orange.fr un texte sous fichier word de 1500/2000 mots maximum sur cette œuvre d’Ernest Breleur
Un dessin d’Ernest Breleur récompensera le lauréat et lui sera remis lors d’un dîner avec l’artiste le jury et les membres de l’Aica Caraïbe du Sud.
L’ensemble des textes critiques sera publié sur le blog de l’Aica Caraïbe du Sud http://www.aica-sc.net
Les lecteurs pourront voter pour choisir leur texte favori.

 

La série des Christs d’ Ernest Breleur
par Gérald Alexis

 

C’est chez lui que j’ai vu pour la première fois un des tableaux de la série des Christ créée par Ernest Breleur. J’ai vu les autres dans cet ouvrage magnifique qui lui est consacré et qu’il m’avait très aimablement offert. J’ai trouvé cette série fascinante. Elle l’était d’autant plus qu’il y a quelques temps, je me suis intéressé à la représentation du Christ crucifié par des artistes haïtiens qui étaient d’âge différents, d’origines sociales différentes, de croyances religieuses différentes : chrétiennes, vodouisantes ou les deux à la fois. Il m’a alors paru intéressant de voir comment était traité le thème dans un autre coin de la Caraïbe.
Considérant ses Christ, ma première interrogation, a été: Ernest Breleur est-il croyant? Une réponse positive aurait peut-être rendu l’étude de ces œuvres un peu moins intéressante. Malgré leur modernité, j’aurais peut-être eu affaire à des images empreintes de religiosité c’est-avec comme finalité première l’endoctrinement. La réponse heureusement a été un «non» catégorique. Dominique Brébion à qui j’ai posé  la question a toutefois mentionné que : «curieusement sa série des Christs marquait pour lui un allègement conceptuel… une orientation moins dramatique ou funeste …» Ma curiosité s’est donc faite plus grande et j’ai voulu alors connaître mieux l’œuvre d’Ernest Breleur, particulièrement ses tableaux qui ont précédé la série de Christs.
J’ai pu constater que la série des Christ (1993) suivent la série de Tombeaux de 1992. Mais comme il est rare qu’il y ait rupture totale dans le parcours d’un artiste, je ne me suis point étonné de voir que des motifs de cette dernière se retrouvent, discrets ou imposants, dans la série des Christ. Ces motifs ainsi repris ont été les seuls résolument figuratifs de la série des Christs. Ce sont des stèles ou des niches de caveaux que l’on trouve dans les cimetières. J’ai noté aussi la présence de croix grandes ou petites, héritage de la religion chrétienne amenée par la colonisation.
Il est évident que la série des cimetières évoque la mort, mais au-delà de cela, elle aurait peut-être été une série de moments privilégiés de recréation de liens avec les ancêtres, une reconstruction du temps, une manière de se situer dans une collectivité avec des signes hérités et une mémoire qui permet de se projeter dans un avenir. C’est là quelque chose de bien caribéen. Je me suis alors demandé si la série des Christ pouvait être alors une porte ouverte vers cet avenir?
Dominique Berthet qui signe cet ouvrage sur Ernest Breleur nous dit que c’est une conversation sur Dieu et la religion qui a remis, dans l’esprit de l’artiste, l’idée de peindre des Christ. S’il est vrai que la petite chapelle qu’à ce moment il a trouvée, cachée dans une forêt a donné lieu à cette conversation, ce moment n’a point été une révélation ni le point de départ d’une conversion.
Le fait est qu’en créant cette série de Christs, Ernest Breleur a voulu nous parler de la condition humaine. Artiste contemporain, croyant ou pas, il a été marqué par le Christianisme : ses thèmes, son iconographie, omniprésents dans la société qui est la sienne. Dans cette culture chrétienne les images du Christ crucifié sont traditionnellement celles d’un corps fait de chair dans un rapport avec la souffrance. La chair, on le sait, est à la base des problèmes de l’homme universel : la faim, la maladie, la souffrance, et aussi cette certitude d’être sur le chemin vers la mort. Ainsi, l’image du Christ en croix depuis quelques temps a cessé d’être exclusivement un emblème chrétien ou culturel pour devenir, une image de rien de moins que la tragédie de la condition humaine. Elle fait partie de cet héritage dans lequel les créateurs comme Ernest Breleur peuvent trouver tout un vocabulaire, un trésor de symboles et de signes.
La particularité des œuvres de cette série, réalisée sur papier et donc fragile, c’est la présence, au centre même de ces surfaces, d’un élément fait d’une masse verticale texturée et épaisse, surmontée d’une horizontale courte. L’ensemble étant une forme qui serait accrochée à une croix dite en TAU. Le choix de cette croix n’est peut-être pas fortuit, la croix en Tau des franciscains étant signe de victoire sur le mal, signe de délivrance.
Nous partons, ici, du principe que cette forme mentionnée plus haut est celle d’un «corps». Nous noterons cependant que ce «corps» est sans tête, ce qui en soit n’est pas un problème. En effet, même si Ernest Breleur est non croyant, il ne demeure pas moins un homme éduqué avec de très bonnes références et des connaissances en l’histoire de l’art, un homme capable ainsi de faire des choix judicieux. On pourrait supposer, par exemple, qu’il connaissait cette pensée augustinienne qui veut que le corps, plus que la tête, symbolise l’existence terrestre de l’homme.
Il m’est difficile, en tant qu’observateur de définir l’ordre dans lequel ces «Christs » ont été réalisés. Cependant, pour les besoins de ces considérations que je fais ici, je proposerais la séquence suivante :

Ernest Breleur Série des Christ 1993

Ernest Breleur
Série des Christ
1993

Dans le premier tableau, le «corps» est livide. Sa blancheur tranche sur la noirceur de l’atmosphère. C’est la blancheur de la mort, une blancheur que l’on voit à la lueur de bougies qui se perdent dans l’obscurité du lieu. De chaque côté on voit ce qui serait les vitraux d’un temple. L’espace unidimensionnel qui nous est proposé ici n’est pas sans rappeler la spiritualité des icônes byzantines mais elle comporte des éléments qui sont celle d’un temps, d’un milieu, de souvenirs peut-être qui ont marqué la vie même de l’artiste.

 

Ernest Breleur  1992

Ernest Breleur
1992

Le «corps» devient ensuite la partie abstraite d’une œuvre contenant des éléments que l’on identifie sans difficulté aucune. L’abstraction me semble être ici le langage qui convient pour dire, le plus directement, un corps avec les traces de son existence sur terre, un amas de chair qui, une fois saisie par la mort, subira le même sort que ces fleurs abandonnées dans les vases posés à ses côtés.
Alors que le «corps» semble suspendu dans cette atmosphère couleur terre, les autres éléments de l’image (les fleurs, les caveaux et les croix) nous apparaissent dans une sorte de perspective ascendante ce qui prête à croire que nous sommes à nouveau dans un cimetière.

Ernest Breleur  1992

Ernest Breleur
1992

Dans le tableau que je pense être le troisième de la série il y a une atmosphère qui n’est pas sans rappeler l’œuvre de Georges Rouault (1871-1958). Sur le «corps» on perçoit nettement le sexe en érection. Souvent dissimulé sous un perizonium, le sexe apparait en érection dans plusieurs images du Christ crucifié ou mort datant de la Renaissance et dans plusieurs icones. Dans ces images admises par les autorités de l’Église, ce sexe en érection signifie que non seulement le Christ s’est fait homme mais aussi et surtout qu’il est vivant dans la mort. S’il est vrai que les artistes ont souvent montré Jésus dans son lignage familial : Sainte Anne et la Vierge, il n’a lui-même laissé aucune descendance connue. Cette érection qui n’aurait ainsi aucun rapport avec la procréation et donc avec la sexualité serait alors, comme l’ont interprétée plusieurs auteurs, un signe de la création d’un lignage autre. Des personnages que l’on voit à gauche du tableau qui pourraient représenter l’humanité misérable. Ils ont un regard orienté vers le haut. On pourrait discerner dans une telle image le fait que, comme Rouault, Breleur voit dans cette atmosphère sombre la possibilité d’une délivrance.

 

Série Christ 1994 Acrylique sur toile

Série Christ
1994
Acrylique sur toile

C’est la délivrance qui arrive alors dans ce quatrième tableau qui est offert à notre attention. Dans celui-ci, c’est la lumière qui baigne l’ensemble. Les tombeaux sont sortis de l’ombre. C’est le triomphe de la vie sur la mort. En effet, le «corps» est auréolé de cette lumière apportée par la couleur jaune or qui, selon certaines traditions orientales, indiqueraient la paix intérieure. On pourrait par ailleurs chercher à interpréter les couleurs choisies pour ce quatrième tableau, à voir dans ce bleu par exemple, couleur de la voute céleste, l’indication d’un espace immense avec des possibilités immenses; ce bleu qui au contact du jaune donne des touches de ce vert couleur d’espoir. C’est donc dans un nouvel espace avec ses possibilités et ses espoirs que le corps entre littéralement dans la lumière. Or, entrer dans la lumière c’est regarder ses réalités en face, reconnaître ses faiblesses et reprendre la marche de la vie avec confiance. On peut voir d’ailleurs que c’est le premier tableau de la série dans lequel des lignes de contour nous précisent que ce que nous avons considéré comme un corps en est bien un et que tout indique qu’il est vivant.

Pour pousser plus loin l’interprétation de ces images il faudrait connaître des faits totalement extérieurs à l’art qui ont marqué la vie de l’artiste et qui forcément auraient eu un impact sur son œuvre, plus particulièrement sur l’utilisation toute personnelle qu’il a fait de ce symbole puisés dans l’iconographie chrétienne.
S’il est vrai que, depuis l’encyclique Gaudium et Spes de 1965, la fantaisie individuelle est désormais admise dans la peinture religieuse, on a pu voir, au cours du siècle précédent, des images du Christ aller au-delà du fait historique et religieux, proprement dit, pour embrasser la douleur de l’homme au travers d’inquiétudes personnelles ou collectives. C’est alors que l’art, devenant révélation plus que communication, est passé du sens littéral, accessible à tout le monde chrétien, au sens allégorique ou encore personnel. Avec sa série des Christ, Ernest Breleur a donc rejoint des artistes comme Pablo Picasso (Crucifixion 1930), Marc Chagall (White Crucifixion 1938), l’américain David Driskell (Behold Thy Son 1956) et aussi d’autres artistes de la Caraïbes qui ont créé des versions de cette image pieuse dont l’interprétation a fait et fait encore l’objet de considérations de la part de spécialistes du monde entier.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :