you're reading...
Articles en français

De New- York à Bellefontaine (1)

Jules Marillac L'Eglise de la Trinité 1934

Jules Marillac
L’Eglise de la Trinité
1934

Surprenante destinée que celle de Jules Marillac, débarqué sur le sol  martiniquais en 1927 comme Paul Gauguin en 1887. Mais alors que Gauguin ne passe que six mois à la Martinique, Jules Marillac y vit jusqu ’à sa mort en 1950 comme Gauguin finit sa vie aux Iles Marquises en 1903.

Marillac cherchait – il comme son prédécesseur à s’enfuir dans les bois, sur une île et vivre là  d’extase, de calme et d’art….dans ce pays merveilleux où il y a à faire pour un artiste ?(2)

D’origine colombienne, Jules Marillac étudie à l’Art Students League aux Etats – Unis, occupe successivement deux ateliers à Greenwich Village, voyage en France, en Espagne, à Cuba. A New – York, il expose à deux reprises à la Belmaison Gallery, la seconde fois aux cotés de Metzinguer, Braque, Diégo Rivera. Le Whitney Club, dont il est membre, présente régulièrement ses œuvres dans son exposition annuelle entre 1923 et 1927, donc juste avant son arrivée à  la Martinique où il choisit de vivre à l’écart du milieu de l’art et où il n’expose d’ailleurs presque jamais : deux accrochages, l’un à l’hôtel Le Lido,  l’autre à l’hôtel de la Paix en plus de vingt ans et une commande pour le Pavillon de la Martinique de l’exposition coloniale de 1931.

Jules Marillac  laisse à la Martinique de nombreuses  gouaches, aquarelles et huiles sur toile, aujourd’hui propriété du Musée départemental : des paysages essentiellement, littoral ou campagne, des bourgs et des églises, des natures mortes.

Jules Marillac Saint - Pierre, paysage avec usine vers 1934

Jules Marillac
Saint – Pierre, paysage avec usine
vers 1934

Aucune ambition théorique  ne soulève son œuvre, aucune volonté ne s’y affirme de sortir du cercle où les réalistes ont enfermé la peinture ?(3) souligne l’excellente analyse, précise et bien documentée,  de Danielle Bégot, rédigée pour le catalogue de l’exposition, Jules Marillac, un peintre à la Martinique présentée au Musée Départemental en 1990.

Elle y examine les influences stylistiques et les distances des œuvres de Marillac avec celles des fauves, des cubistes ou encore de Gauguin ou de Collazo.

C’est dans la rencontre du peintre et du territoire martiniquais que réside tout l’intérêt de la peinture de Marillac  dont les tableaux demeurent des témoignages irremplaçables sur la Martinique d’avant – guerre.

Jules Marillac Maison Rose avec un flamboyant Vers 1930

Jules Marillac
Maison Rose avec un flamboyant
Vers 1930

1) Petite commune du Nord Caraïbe de la Martinique, où il est enterré . Marillac a vécu à Grand – Rivière, Sainte – Luce, Diamant, Vert – Pré et Bellefontaine

2)     Gauguin

3)     Bégot Danielle Le peintre et ses doubles- Jules Marillac, un peintre à la Martinique -1990

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :