you're reading...
Articles en français

Esthétiques Urbaines Caribéennes

Une plate-forme pour la recherche sur l’esthétique urbaine dans la Caraïbe

DSC00736En mai dernier, une rencontre internationale, organisée par Léon Wainright et Clare Melhuish du  Département d’histoire de l’art et du Département de géographie s’est tenue à l’Open University,  Walton Hall campus de Milton Keynes au  Royaume – Uni  . Il s’agissait d’un atelier préliminaire en vue de développer une future collaboration entre chercheurs intéressés par cette thématique. Huit conférenciers ont présenté des exposés sur les questions de l’esthétique urbaine caribéenne,  son  patrimoine culturel, la mémoire et l’appartenance, l’imaginaire social de la Caraïbe.

Pourquoi la Caraïbe? La région est l’une des plus fortement urbanisée du  monde, mais l’histoire esthétique de ces villes et de la culture urbaine est peu documentée, analysée, comparée. Comme Gilroy, Sheller et d’autres l’ont démontré l’expérience de la Caraïbe devrait être reconnue comme un élément central de l’histoire de la modernité.  La Caraïbe apparaît en effet comme un précurseur des notions actuelles d’hybridité culturelle ou créolisation.

Une enquête comparative de l’évolution de l’esthétique urbaine et des identités sociales dans les Caraïbes offre une ressource inestimable pour examiner les théories de l’hybridité entre représentation politique et représentation esthétique.

Une visite sur le site

http://www.open.ac.uk/blogs/CUA/

vous en apprendra davantage et vous pourrez écouter les communications en cliquant  sur les liens dans le programme de cette rencontre :

 

Rivke Jaffe: Crime and the politics of aesthetics in urban Jamaica

Lucy Evans: Writing Kingston in Kwame Dawes’ A Place to Hide and Other Stories and Alecia

McKenzie’s Satellite City and Other Stories

Christine Chivallon with David Howard: Locating the memory of slavery in Martinique: Landscape versus architecture

Prenant comme point de départ, la réflexion de Derek Walcott sur l’absence de ruines, de monuments, de vestiges auxquels rattacher la conscience du passé, Christine Chivallon examine selon quelles modalités l’expérience de l’esclavage est rendue visible en Martinique, tout particulièrement depuis ces vingt dernières années où le silence sur l’esclavage a été rompu et où des mémoriaux se sont multipliés dans l’espace public.

Kerstin Oloff: Dreaming San Juan: Urban landscape, ecology and irreal aesthetics

Narmala Halstead: Travelling objects, personhood and belonging in Guyana

Markus Balkenhol: Aesthetics of reticence: Urban music, cultural heritage and black subjectivity in Amsterdam

Wendy Knepper: Caribbean cosmopolitanisms: Claude McKay’s avant-garde urban aesthetic

Francisco-Javier Hernández Adrián: The visuality of ruination in Caribbean films

 

Advertisements

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :