you're reading...
Articles en français

Albert Chong en Martinique

 

Albert Chong Throne for Ogun with spirit box 1991

Albert Chong
Throne for Ogun with spirit box
1991

Exposition Trônes pour mes ancêtres

18 Avril – 10 mai

Fort – de – France

Une série de photographies en noir et blanc pour la plupart composent cette exposition Trônes pour mes ancêtres, des œuvres récentes mais aussi des travaux des années 80 et 90. Le titre renvoie à une série de 1991, Ancestral Dialogues –Dialogues ancestraux– et on se rappelle les portraits de famille de l’artiste, alors qu’ici il s’agit bien de créer autour de la chaise, le trône, le siège, emblème des ancêtres du Congo, invitant le voyageur à se reposer. Le royaume étant la forêt et l’océan.

Avant d’obtenir ces compositions qui sont toutes des tirages numériques, Albert Chong a organisé les différents éléments, la chaise, les objets, le fond qui est en fait du velours noir que le tirage négatif fait apparaître gris sur certains tirages. Après avoir photographié l’ensemble avec un polaroïd et après  le passage en chambre noire, il a alors re-photographié le tout pour obtenir le résultat attendu. Un travail minutieux où apparaissent sur le bord les traces du tirage polaroïd qu’il entendait conserver. Le fait de procéder par couches successives dénote un travail élaboré, une sorte de rituel comme en religion. Le moment magique où l’image se révèle dans la chambre noire constitue pour le créateur une sorte d’épiphanie.

 

Albert Chong Throne for gorrila spirits  1993

Albert Chong
Throne for gorrila spirits
1993

Chong s’explique longuement sur le choix des éléments choisis, patte de condor, de faisan, crânes d’écureuils, de petits singes, et pour les végétaux feuilles de palmier, eucalyptus, cônes de pin. Parfois il intègre à sa composition des objets de culte, fétiche de chaman et même un crucifix, tout en précisant que la religion n’est pas au centre de sa recherche. La Santéria, le vaudou, le christianisme renvoient en fait aux multiples cultures et origines du peuple caribéen. Il y a surtout sur quelques compositions ces longues dreadlocks que l’artiste a posé là, ses propres cheveux et aussi références à la culture Rastafari les locks symbolisant les racines d’une communauté.

Blessing the Throne, 1992 –Bénédiction du Trône – est l’une de ces compositions qui évoquent les vanités et les natures mortes. Tout en reconnaissant l’importance de l’art classique dans sa formation et dans ses travaux précédents, Albert Chong préfère laisser le spectateur apprécier les différentes influences qui l’ont inspiré et l’évolution de son œuvre. Bien qu’ayant délaissé les portraits de famille dans cette série, on peut encore y apercevoir deux autoportraits qui rajoutent au contenu narratif de l’ensemble.

Albert Chong Throne with spirit box & dreadlocks  1990

Albert Chong
Throne with spirit box & dreadlocks
1990

Codfish Throne with Joshua Tree Spines, 1991 –Trône, Morue et Epines de Yucca- Albert Chong n’hésite pas à associer des éléments improbables tant que le résultat correspond à ses choix esthétiques. D’autant plus que tous les éléments trouvent une pertinence dans le parcours même de l’artiste. Vivant et travaillant à Boulder, Colorado, l’artiste d’origine en partie asiatique qui a grandi à la Jamaïque, raconte ici un parcours fait de migrations et de traversées, de souvenirs et d’instants de vie.

Suzanne Lampla

www.albertchong.com

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :