you're reading...
Articles en français

Grand Saint – Pierre : François Piquet

 

François Piquet L'atelier du Morne Rouge

François Piquet
L’atelier du Morne Rouge

Pouvez-vous  présenter votre  projet de totems sur le plan conceptuel et sur le plan technique ?

Ce sont en fait trois propositions envoyées en réponse à l’appel à projet du PNRM qui ont été retenues.

De ce fait, elles abordent bien sur les notions de la diversité de population de Saint-Pierre et son histoire, mais il m’a paru important de traiter aussi du rapport au vivant, de la relation à la nature, au vu du medium proposé. Travailler sur des troncs de mahogany de six mètres, pour quelqu’un qui aime la sculpture, c’était une occasion à ne pas rater !

Ces trois  propositions, indépendantes à l’origine, ont donc été nourries du désir de sensation/confrontation directe, physique, tactile, sensuelle avec le vivant, en l’occurrence ces magnifiques troncs d’arbres, pour évoquer nos vies dans ce qu’elles ont en commun avec ceux qui nous ont précédé et nous suivrons, et donc le temps, l’histoire, le corps, et notre nature. Et c’est vraiment enthousiasmant que ces trois  projets aient été choisis pour être présentés ensemble (cinq totems au total) et jouer mutuellement au service de cette volonté initiale.

D’autre part, outre les problématiques de résistance aux diverses agressions (climatiques ou humaines) et les contraintes formelles qui en découlent, les œuvres pour l’espace public s’adressent (aussi) à des publics non expert. Il est très important pour moi de proposer des formes simples, immédiates, mais poétiques, ouvertes, dont le champ sémantique soit vaste.

 Les arbres écorchés (trois  totems) ont été comme écorcés-écorchés sur leur partie haute, et laissent apparaître sous l’aubier (sous leur « peau de bois ») une matière organique, charnelle, à mi-chemin entre tissu musculaire et fibre végétale sanglante, comme si l’arbre était « fait comme nous » ou presque. Les chairs des trois  arbres sont semblables et pourtant différentes, individuelles, mises à nu du vivant comme pour une étude anatomique, par une incision nette, chirurgicale. Ces textures organiques sont directement adaptées de mes expérimentations sur des sculptures de corps en papier chiffonné, j’ai voulu les amener ici formellement entre animal et végétal.

 L’homme planté (un  totem) se dresse nu en haut du tronc, les pieds en l’air, les bras le long de son corps pris dans le bois à partir des épaules, à tel point qu’on ne sait s’il a poussé là ou s’il s’y est enfoncé. Ce corps masculin, sans coup ni tête apparente, à la fois puissant et décharné, souple et tendu, contemporain et classique, entre musculature de comics et attitude christique, est une idole ambigüe entre vie et poussière, comme en attente.

Ce corps va vieillir avec le tronc; Il a été taillé directement dans la masse, d’abord à la tronçonneuse, puis avec les outils de taille traditionnels, au ciseau et à la gouge, dont on peut encore voir les traces qui soulignent le dessin.

 On peut voir en face le visage de L’homme dans l’arbre  à l’intérieur du cinquième  tronc, en regardant par une petite ouverture, comme une fenêtre de cachot. Il a l’air bien, serein, à la limite du sourire, on le sent plus à l’abri que prisonnier, on se sentirait presque « enfermé dehors ». C’est évidemment un clin d’œil à l’histoire de Saint-Pierre et à Cyparis, un renversement de situation de catastrophe naturelle, une ouverture sur l’anthropocène.

 

François Piquet L'atelier du Morne Rouge

François Piquet
L’atelier du Morne Rouge

Cette tête en taille directe, encastrée à hauteur d’homme, rappelle aussitôt le corps sans tête qui la voisine, ce qui renforce la dynamique d’échange entre les cinq totems, qui resteront à l’état brut sur leurs parties vierges d’interventions, et seront je l’espère supports de gravures d’initiales amoureuses et de secrets (ce que j’encouragerai en y gravant les miens). La dalle béton qui les accueillera sera pourvue de marches (pour compenser le dénivelé) pour accentuer cette invitation à la proximité.

  De l’esquisse à la réalisation, quelles surprises, quelles découvertes ?

François Piquet L'atelier du Morne Rouge

François Piquet
L’atelier du Morne Rouge

 La première surprise, monumentale, fut celle de l’atelier de Morne-Rouge, le premier jour. Une émotion intense, l’impression de pénétrer dans un mausolée, avec ces trente-deux troncs immenses allongés côte-à-côte, à tel point qu’il m’a fallu une bonne partie de la matinée pour réaliser et commencer à envisager de travailler ! Je garde précieusement cette émotion, elle me resservira.

La découverte d’importance a été le bois, pour des sculptures d’envergure. Même si j’avais déjà sculpté quelques billots, ils seraient engloutis plusieurs fois en volume sous la masse des copeaux que j’ai fait sauter ! Au-delà du défi physique (que j’ai déjà goûté avec la pierre ou le tressage de lames de fer), j’ai découvert et apprécié le bois comme matière amicale, douce et rassurante. Je vais continuer à en sculpter.

J’ai aussi découvert le nord de la Martinique, la Trace et Morne-Rouge (je vis en Guadeloupe). Le dernier soir, la veille de mon retour en Guadeloupe, alors que je venais de finir les cinq totems après plusieurs séjours de travail acharné, j’ai pris la route de la trace à la tombée de la nuit pour aller dîner chez une amie, et j’étais très heureux d’avoir réussi. Jusqu’à Fort-de-France, j’ai été accompagné par les lucioles (bèt a fé), il y en avait partout ! Au début, j’ai même cru que je voyais des étoiles à cause de la fatigue. Ca dansait, ça clignotait à chaque virage, comme si la forêt fêtait ça avec moi ! Magique.

J’espère revenir travailler en Martinique bientôt.

  Qu’apporte cette nouvelle expérience par rapport à vos réalisations antérieures dans l’espace public ?

 J’ai expérimenté le pouvoir de l’art avec la réalisation de ma première sculpture, dans l’espace public (l’ancienne usine Darboussier à Pointe-à-Pitre). Cette volonté de mettre de l’art au milieu des gens m’anime, et explique aussi ma pratique de la sculpture et d’autres formes d’interventions artistiques que je développe aujourd’hui. Mes réalisations antérieures ont été installées dans la rue temporairement, pour des manifestations précises ou tout simplement de mon propre chef, et étaient moins… monumentales !

Ce projet m’a permis de passer à une autre étape, parce qu’il correspond en quelque sorte à ma première commande publique. Cela apporte un confort intellectuel considérable, et permet de se centrer sur la volonté artistique. Cela ouvre le champ des possibles.

J’espère que cette expérience, cette référence, me permettra d’accéder à d’autres réalisations dans l’espace public, même si aujourd’hui, elle n’est pas tout à fait terminée… Il reste encore l’implantation des totems, et leur suivi. Vont-ils évoluer comme attendu ? J’ai hâte de voir tout cela en place !

 L’expérience du travail en commun dans cet immense atelier a-t-il modifié votre  projet par des échanges, des interactions ?

 Avant tout, je voudrais remercier le PNRM et son équipe pour les conditions de travail optimales qu’il nous a fournies, ainsi que l’équipe de l’atelier (Roger, Mike et Patrick) pour leur accueil et leur aide.

 D’une manière générale, j’aime le travail de la matière et l’atelier. Chaque jour amène son lot de solutions à trouver, de procédures à inventer, et aussi de coups de main à demander et à donner.

J’aime cette ingénierie du quotidien, les échanges qu’elle amène, les pauses récréatives, et le besoin de l’autre qui finit toujours par arriver. Avant d’arriver à Morne-Rouge, j’avais déjà bien réfléchi aux processus de réalisation des œuvres avec mes partenaires d’atelier habituels (on s’aide d’atelier à atelier), mes projets n’ont donc pas été substantiellement modifiés.

De plus, les disponibilités de chacun étaient bien différentes : les gens de Martinique continuant à expédier les affaires courantes, ceux venus de l’extérieur totalement dédiés au projet sur des périodes plus courtes.

Mais les rencontres ont eu lieu, les échanges et les regards portés ont éclairé, clarifié. Telle partie du visage est plus fine. Le corps de l’homme planté ne sera pas peint. La texture des arbres écorchés a évolué. Et je suis persuadé que ces rencontres auront une influence bien plus importante sur les projets futurs.

 

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :