you're reading...
Articles en français

Aucune oeuvre des Départements français des Amériques ne figure dans le catalogue Caribbean : Art at the crossroad of the world

catalogue caribeenn crossroadTrois musées de New-York : El Museo del Barrio, Queens Museum of Art, The Studio Museum in Harlem présentent du 12 juin 2012 au 6 janvier 2013 un évènement culturel majeur, une exposition regroupant plus de cinq cents artistes explorant l’histoire et l’art de la Caraïbe depuis la révolution Haïtienne (1804) jusqu’à nos jours, à travers peinture, sculpture, installation, photographie, gravure, vidéo, objets historiques.

                 L’objectif de Caribbean : Crossroads of the World est d’examiner les échanges entre individus, objets, idées et information entre le bassin caribéen, l’Europe et l’Amérique du Nord  et d’explorer l’impact de ces relations sur la Caraïbe et la manière dont elle est imaginée.

Le projet devrait aider à comprendre comment les Caraïbes sont un carrefour du monde moderne au sein de l’hémisphère nord

               Un ouvrage de référence, Caribbean : Art at the Crossroads of the World, de 496 pages illustrées par plus de 250 reproductions d’œuvres historiques et contemporaines  a été publié  en 2012 par la Yale University Press. Ce catalogue censé regrouper les connaissances actuelles sur le sujet est  une somme au sens éditorial du terme.

            Avant même de commencer la lecture approfondie des textes, comment ne pas être sensible à l’absence totale de documentation iconographique en provenance des Départements français des Amériques. Haïti est fortement présente mais pas une seule oeuvre ancienne ou moderne d’artistes de Martinique, Guadeloupe ou Guyane. Et ce, bien que treize membres de l’équipe curatoriale et éditoriale , Gérald Alexis, Naomi Beckwith, Deborah Cullen, Nancy Hoffman, Hitomi Iwasaki, Thomas Finklpearl, Rebeca Noriega, Virginia Perez Ratton, Veerle Poupeye, Bernd Scherer, Marlies Schoenmakers, Valérie Smith, Suzanne del Valle , aient assisté au séminaire sur l’art contemporain de la Caraïbe, Parcours Martinique, organisé en Martinique en 2008 par Cultures France, La Fondation Clément, L’AICA Caraïbe du sud, L’AMCA et la DRAC Martinique et, à ce titre, participé aux visites d’ateliers organisées dans ce cadre.

                Certes des artistes de la Caraïbe francophone ont été invités à exposer au sein de Caribbean crossroad of the world et sont visibles sur les cimaises.

                Mais dans l’ouvrage, la Martinique et la Guadeloupe ne sont présentes qu’à travers des extraits d’œuvres d’écrivains célèbres, Aimé et Suzanne Césaire, Edouard Glissant, Maryse Condé alors que de jeunes historiens d’art interviennent sur l’art d’aujourd’hui du reste de la Caraïbe.

                Ainsi l’art de la Caraïbe francophone ne s’inscrit pas dans cette étude des relations et échanges entre le bassin caribéen, l’Europe et les Etats – Unis, bien à tort de mon point de vue car elle a offert indéniablement quelques démarches originales qui ne peuvent pas ne pas compter dans l’histoire de l’art de l’archipel.

Dominique Brebion, Aica Caraïbe du sud

.

Discussion

2 réflexions sur “Aucune oeuvre des Départements français des Amériques ne figure dans le catalogue Caribbean : Art at the crossroad of the world

  1. • Elvis Fuentes • Rutgers – New Brunswick
    Dear Dominique Brebion: As one of the editor of the publication, I think is fair to respond to your article. First, there is a misinformation that is key to understand the nature of this book. Caribbean: Art at the Crossroads of the World is NOT a catalogue of the exhibition. It was never intended to be a catalogue, but a companion book. We published a brochure that was distributed freely with an introductory text, thematic sections, the list of artists and several images. Actually very little of the exhibition is discussed in the book. It was conceptualized as a stand-alone project, and it was promoted as such. We invited a number of very prestigious authors, commissioned new texts and reprinted selection of others. As you must expect, most authors decided which images would illustrate their texts. As editors, we accommodated as many images as possible in the reprints and other sections of the book, but of course they were just a small percentage of what was exhibited. You omit many more things, but I think this may help clarify the nature of the book.
    o
    Aica SC • Le Fort-De-France, Martinique
    Cher Elvis Fuentes, j’ai parfaitement compris la nature du livre Caribbean art at the Crossroads of the world et ne le confond nullement avec le catalogue de l’exposition. Ce n’est pas un catalogue mais un ouvrage qui accompagne l’exposition et retrace l’histoire de l’art des Caraïbes. La Martinique et la Guadeloupe ne sont présentes qu’à travers des extraits d’œuvres d’écrivains célèbres, Aimé et Suzanne Césaire, Edouard Glissant, Maryse Condé . Mais sur les 250 reproductions d’oeuvres historiques ou anciennes, l’absence totale de documentation iconographique en provenance des Départements français des Amériques est manifeste et semble induire qu’aucune oeuvre importante pour la Caraïbe n’a été produite dans la Caraïbe francophone. Pour un ouvrage de référence sur les arts visuels de la Caraïbe, c’est tout de même énorme. De ma part, c’est juste un constat

    Publié par www.aica-sc.net | 12 janvier 2013, 13 h 37 min

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Kelly Sinnapah Mary au Perez Miaimi Art Museum | Aica Caraïbe du Sud - 7 mars 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :