you're reading...
Articles en français

« Mais le monde est une mangrovité » : une approche pluri- centrée

 

« … Mais le monde est une mangrovité »

Exposition d’art, Jeune Création, Romainville, France, 10 Jan.-26 Fév. 2021.

 par Maica Gugolati

 

L’exposition collective “… Mais le monde est une mangrovité” contée par Chris Cyrille, avec la collaboration de Sarah Matia Pasqualetti, nous immerge dans un processus de co-création entre les artistes et les curateurs qui donnent forme à l’exposition. Par une approche décentrée et pluri-centrée propre aux théories et pratiques décoloniales, l’exposition commence par la fin d’un conte dont il n’est pas nécessaire de connaître l’auteur. Cette déstabilisation de l’autorité, dans la rhétorique même du titre de l’exposition, permet des créations relationnelles et pluriverselles qui actualisent une mangrographie des espaces théoriques, pratiques et mobiles pendant la découverte de l’exposition. Le concept de Mangro-graphie en appelle au processus actif d’écriture (“-graphie”), pour tracer de nouveaux horizons de sens, en s’inspirant de l’univers de la mangrove.

« … Mais le monde est une mangrovité »

Le titre de l’exposition invite le public à s’affranchir de la norme de progression linéaire et chronologique classique du storytelling. En commençant la visite par la fin du conte, et en l’absence de panneaux directionnels et de textes expographiques dans la salle d’exposition, le visiteur est libre de décider de la direction de son parcours de visite. Ainsi, ces deux sens de déplacement – à rebours dans les contes et vers l’avant lors de la déambulation expositive – donnent l’impression d’évoluer à l’intérieur d’un cercle d’ouroboros. Par ce cheminement multidirectionnel, les contes sont interprétés par les artistes sous une pluralité de formes : on les trouve physiquement dans deux lieux physiques, entre la Galerie Jeune Création et la Galerie Vincent Sator (qui hébergera l’exposition pour une semaine), et sous forme sonore en ligne sur Sound Cloud et chez Radio 22. L’oralité des contes prend une forme performée avec la chorégraphe et performeuse Wanjiru Kamuyu et l’auteur Olivier Marbœuf ; plastique et visuelle avec les artistes présents dans la galerie. Les fils rouges, qui fonctionnent comme les racines aériennes des mangroves dans l’œuvre « Fils rouges » de Kokou Ferdinand Makouvia, traversent l’espace expositif de la galerie en entrant en interaction avec les autres œuvres d’art. La mangrographie s’exprime encore dans la possibilité de création et d’invention d’un lieu d’enfance et de refuge avec l’artiste Kelly Sinnapah Mary et son œuvre  « Cahier 10, l’enfance de Sanbras».  La dynamique transformative s’étend aussi au concept du temps naturel qui défie la présomption du temps artificiel, en montrant des brise–lames soumis à l’effet de la corrosion, desquels s’écoule, comme une forme d’incontinence, un filet de sable qui symbolise la résistance active de la nature à l’invasion du matériel artificiel passif, en provoquant sa désagrégation. Cette œuvre de Julia Gault, « La rumeur », rend compte de la stabilité et de l’immuabilité du béton, qui remplace les mangroves dans les tropiques, selon un processus de transformation et de mouvement. L’artiste Ludovic Nino avec « Un instant chimérique » nous propose un espace composite où plusieurs forces végétales s’affrontent ; où le figuier maudit, un ficus  « colonise » l’habitat des espèces endémiques en s’implantant dans l’espace vital de « l’autre ». Cet espace naturel prend la parole avec l’installation vidéo « Pawòl sé van » de Minia Biabiany, où les contes se révèlent à travers les sons de la nature ; dans les souffles du vent et les traces de sel de mer présents dans la galerie.

Mais le monde est une mangrovité
photo Maica Gugolati

Mais le monde est une mangrovité Ferdinand Kokou Makouvia, vidéo Minia Biabiany

« … Mais le monde est une mangrovité »

Cette exposition questionne l’écologie sociale par le phénomène de la catastrophe qui unit l’oppression environnementale et l’imposition d’assimilation monologique culturelle et identitaire, dans ce cas propre au passé colonial et au présent départemental des terres Caribéennes. L’exposition nous propose des façons plurielles, en constante évolution et pluri-localisées, d’être au monde.

La mangrovité dans cette exposition a délibérément choisi de se focaliser sur la propagule de la mangrove, plutôt que sur le système multiple de son enracinement. Ce faisant, le processus critique passe par une progression horizontale, à travers le flottement des propagules, plutôt que par le développement vertical des différents types de racines des mangroves. Les propagules en effet sont des mangroves en puissance. Deux de ces conditions spécifiques à la propagule ont été utilisées comme matrice de l’exposition : le flottement qui permet la possibilité de création dynamique d’une future mangrove, et le déplacement, par lequel les propagules dispersées dans les cours d’eau rejoignent diverses destinations, au gré des courants et marées.

Dans cette mangrovité, les espaces sont relationnels. Lorsqu’on entre dans l’espace expositif, comme le dit le curateur : « Je suis à Romainville et en même temps, je n’y suis plus » (Chris Cyrille 2021). Poétiquement, l’exposition prend place en plusieurs lieux simultanément. Elle s’étend des forêts de Romainville, en Île-de-France, grâce aux contacts avec l’association des Amis de la Forêt de la Corniche, qui lutte contre la déforestation de Romainville, et le processus de gentrification du quartier qui accueille la galerie, jusqu’à l’archipel caribéen et les périls environnementaux dont il fait l’objet depuis l’économie de plantation.

Ludovic Nino photo Maica Gugolati

Minia Biabiany Photo Maica Gugolati

Le mode propagulaire de cette mangrographie représente aussi les récits des identités fragmentées, mobiles, plurielles et multisituées des identités diasporiques propres aux Caraïbes. On ressent une affirmation des identités socio-écologiques « pluriverselles », presque en communication avec l’univers théorétique de Stuart Hall et de Walter Mignolo, tout dans une dimension du « care » éco-féministe et relationnelle à la Glissant.

Kelly Sinnapah Mary photo Maica Gugolati

Mais le monde est une mangrovité
photo Maica Gugolati

L’usage des néologismes qui forment cette exposition échappe à la signification littérale des mots en s’attachant à celle de la poétique de la transformation, du discours et de la réalité. Comme les propagules, qui sont des entités intuitives et signifiantes, ces néologismes attirent l’attention sur leur manière plurielle de raconter le monde, et emphatisent le besoin de créer de nouvelles significations face à une imposition du sens figé. Cette exposition se rebelle donc contre la volonté d’étiqueter les identités plurielles dans une seule manifestation assimilatrice et d’intégration, qui porte les traces d’un désastre culturel propre à la traite esclavagiste et au travail forcé dans les Caraïbes. Ces désastres évoquent aussi les cataclysmes écologiques, historiques et spirituels. L’exposition vise à la fois à se détacher de l’étiquette eurocentrée représentant les Caraïbes du point de vue néocolonial bienfaiteur et salvateur comme des lieux marginaux, associés avant tout aux désastres naturels et historiques, comme les ouragans, le dérèglement climatique et la traite esclavagiste ; mais elle offre aussi la preuve de la créativité transformative et constructive à l’œuvre depuis ces mêmes catastrophes. Comme il est narré dans l’un des contes : ces « désastres » deviennent grâce à l’art « des-astres » qui indiquent de nouveaux chemins à prendre et à tracer. L’exposition aspire à montrer la possibilité de former des lieux désirables à partir d’un contexte toxique : « C’est à partir du désastre que nous sommes devenus » conclut Chris Cyrille (2021).

 

Et pour voir davantage de photos, il suffit de cliquer sur la première image pour faire défiler le diaporama

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :