you're reading...
Articles en français

Le réel merveilleux d’Edouard Duval-Carrié

Une série de gravures sur plexiglas de l’exposition Décolonisons le raffinement, présentée actuellement à la Fondation Clément, s’inspire très directement du roman d’Alejo Carpentier, Le royaume de ce monde, publié en 1949. Elles en sont l’illustration fidèle et le lecteur attentif peut, pour  chaque gravure,  retrouver le passage du roman correspondant. Hors c’est dans le prologue de ce roman que l’écrivain cubain a défini la notion de réel merveilleux. Et pour peu que  l’on soit amateur de littérature latino- américaine et caribéenne, on se trouve confronté à trois notions  proches dans leurs formulations comme dans les genres littéraires qu’elles recouvrent : Réel merveilleux, Réalisme magique, réalisme merveilleux.   N’est – ce pas le bon moment pour apporter quelques précisions sur ces concepts qui ont suscité bien des querelles de critiques ? Qu’est – ce qui rapproche ou différencie le réel merveilleux d’Alejo Carpentier, le réalisme magique de Gabriel Garcia Marquez et le réalisme merveilleux de Jacques Stephen Alexis ?

 

La méramorphose
Série Le royaume de ce monde
gravure sur plexiglas

Cette expression, le réel merveilleux,  paradoxale réunit deux contraires.

« Le réel merveilleux que je défends est celui que nous trouvons à l’état brut, latent, omniprésent, dans tout ce qui est latino-américain. Ici l’insolite est quotidien et l’a toujours été ». Pour Alejo Carpentier, le réel merveilleux est en lien étroit avec les grands mythes indigènes  et est caractéristique du continent américain. Il prend ainsi ses distances avec le surréalisme dont il a fréquenté le cercle à Paris.

La formule d’Alejo Carpentier, réel merveilleux exprime une approche similaire mais cependant divergente du réalisme magique de Gabriel Garcia Marquez. C’est, par exemple, le regard émerveillé que porte l’auteur sur le monde haïtien empreint d’éléments qui dépassent la rationalité et le conduisent à une forme « d’état limite ». C’est donc le rapport au monde qui crée le réel merveilleux.

Le terme réalisme magique  sert en littérature à caractériser certaines oeuvres où la réalité est saisie avec toutes ses composantes surnaturelles, insolites, magiques.

Il est en quelque sorte l’acceptation au sein de la fiction de tout élément qu’une rationalité réductrice voudrait exclure au nom de la vraisemblance romanesque. Ce qui pourrait apparaître comme incroyable, invraisemblable, fantastique ou simplement exagéré  est naturellement intégré et devient un des ferments mêmes du récit.

Le représentant majeur du réalisme magique est aujourd’hui Gabriel Garcia Marquez avec notamment Cent ans de Solitude.

Avant lui d’autres auteurs hispano-américains ont exploré cette forme d’écriture, par exemple  Arturo Uslar Pietri et Miguel Angel Asturias .

La romancière chilienne Isabel Allende s’inscrit dans l’héritage direct du réalisme magique de Gabriel Garcia Marquez.

Photo Sylvia Sandou

Si l’expression magischer realismus apparaît tout d’abord sous la plume de Novalis  et si son essor et son succès sont  incontestablement liés à la littérature, il n’en demeure pas moins vrai que Franz Roh l’a porté sur le devant de la scène en 1925 dans un essai critique sur les nouveaux courants picturaux post -impressionnistes pour désigner le retour à un certain réalisme mais teinté d’étrangeté et de mystère. Il donne comme exemples Otto Dix ou  Georgio de Chirico. Sous nos latitudes et deux décennies plus tard, Wifredo Lam n’illustre – t il pas  le concept plastique du réel merveilleux avec ces végétations foisonnantes peuplées d’esprits où tiges de canne et jambes longilignes, calebasses, papayes et seins ronds se confondent ?

L’élément essentiel qui différencie le réalisme magique du réel merveilleux est le recours constant pour le premier d’entre eux à l’humour, à l’exagération et l’hyperbole tandis que le second se construit sur un regard porté sur un monde jugé comme extraordinaire mais cependant accepté comme réel.

Cependant, en 2013 une journée d’étude consacrée au thème Réel merveilleux, Réalisme merveilleux et Baroque à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines du Campus de Schoelcher voulait démontrer qu’Alejo Carpentier et Gabriel García Márquez avaient  une même vision de la réalité latino-américaine et que   lo real maravilloso   et lo  realismo mágico  se rejoignaient

 

Photo Sylvia Sandou

 Par ailleurs, le Réalisme Merveilleux est une esthétique qui s’est forgée 1955 et 1960, correspondant respectivement à la publication de Compère Général Soleil et Romancero aux étoiles de Jacques Stephen Alexis. Le Réalisme Merveilleux atteint  sa dimension internationale lors de la participation au premier Congrès des écrivains et artistes noirs, en  Septembre  1956. Présence africaine publia les discours prononcés dont celui de Jacques Stephen Alexis. Les Lettres Françaises, diffusa également un numéro spécial, n° 16, sur le Congrès qui fut également couvert par des périodiques hispano-américains. Alejo Carpentier rédigea un article intitulé « Un congreso de escritores negros (reunion de escritores y artistas negros en Paris : negritude) » pour El Nacional. Le Réalisme merveilleux s’investit d’une double mission : inaugurer une pensée esthétique, en Haïti, et proposer cette dernière comme une nouvelle approche de l’art.

Comment Edouard Duval – Carrié  retranscrit-il plastiquement cette notion de réel merveilleux ?

La luminosité assourdie de la Nef  plonge le public dans le Royaume des ombres. Les formes projetées des Memory windows et du Sugar boat se reflètent sur le sol. Les gravures sur plexiglas des shadow boxes se dédoublent également avec leur réplique en ombre projetée sur le fond de la boîte comme si deux mondes parallèles co-existaient. Les paillettes du  Sugar boat, à la fois embarcation fantomatique et  vaisseau spatial, scintillent doucement. Dans cette ambiance particulière, tout semble possible. Et  à la barre de cette embarcation à la fois navire et vaisseau spatial, on ne s’étonne plus d’avoir pour capitaine, un personnage étrange avec une paire d’ailes séraphiques et végétales  et une couronne de tentacules de pieuvre. C’est le loa Agoué.

 La juxtaposition déconcertante dans la résine transparente  d’éléments discordants, babioles en plastique et dorures en apesanteur aux côtés d’images historiques cruelles renforce  l’impression d’un univers complexe, contradictoire, ambigu.

Tout ceci n’incarne t – il pas une facette du  réel merveilleux ?

Photo Sylvia Sandou

Cependant, même si dans le roman, l’insolite côtoie  le quotidien, une phrase du roman de Carpentier intrigue. Lors de l’exécution de Mackandal, un cri unanime envahit la place « Mackandal sauvé » puisque la foule croit le voir s’élever dans les airs. L’écrivain poursuit «  Il y eut tant de bruit, et de cris, et de bousculades, que bien peu virent que Mackandal  saisi par dix soldats, était jeté au feu la tête la première et qu’une flamme, grossie par ses cheveux étouffait son dernier cri ». Alors, Mackandal a t – il brûlé vif ? Ou est – il devenu papillon ou libellule pour échapper aux flammes et s’envoler dans les airs ?

Dominique Brebion

Photo Sylvia Sandou

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :