you're reading...
Articles en français

Jean- Marc Hunt : Etat de couleur/ State of Colour

 

ETAT  DE COULEUR # STATE OF COLOR

8 février – 8 mars 2018
Alliance Française  de San Francisco

 

 To see the vidéo in english

 

Jean Marc  Hunt vit et travaille en Guadeloupe.

Dans son atelier de Baie – Mahault, l’expérimentation est au centre de sa pratique, nourrie de multiples sources d’inspiration souvent librement réinterprétées.

Il procède par série, accumulation et détournement. Son travail repose souvent sur l’économie de moyens, évoquant un état d’urgence au registre ironique, à la facture néo-expressionniste.

 

L’œil s’attache et s’attarde d’abord sur l’atelier, ouvert et lumineux, constellé de projections bariolées. Les mêmes teintes de bleu, rouge, jaune, rose, noir circulent des tâches de la table ou du sol  aux toiles achevées ou en cours, des chapeaux aux pots de peinture entassés, des crânes métalliques au ti bancs.

Le lieu  livre des indices sur le processus créatif  de l’artiste. Après le temps de l’impulsion, vient celui de la méditation et de la construction de l’œuvre.

Ce serial painter– c’est ainsi qu’il se définit lui-même –  s’attaque à de vastes toiles dans une urgence gestuelle dont les murs conservent la trace en delarges splashs polychromes. Ce fond expressionniste abstrait très coloré est ensuite recouvert d’un linceul blanc d’où émergent des silhouettes dégingandées et biscornues comme noyées dans un chaos de coulures, d’écritures, de biffures. Ce procédé crée un effet de transparence et de profondeur.

La vitalité expressionniste et le goût du graphe rappellent le Street art, autrefois pratiqué par Hunt.

Calligraphie et peinture se conjuguent selon différentes modalités : lettre inscrite à la bombe sur les toiles ou gravée, parfois à l’envers,  dans le pigment frais dans les Récits cosmogoniques.  Le feuilletdu carnet de croquis devient alors le module de base de l’installation de deux- cent- soixante – dix éléments.  Cette même structure modulaire se retrouve dans Ex – voto.

Ces pages arrachées sont aussi souvent intégrées et marouflées dans les peintures.Ces dernières, devenues palimpsestes,  témoignent de l’intérêt de l’artiste pour le trait, la ligne, l’écriture. Les caractères d’imprimerie sont encore présents à l’intérieur des plaques offset, découpées, teintées, modelées, agrafées qui configurent les crânes de Vanités. Est- ce un trait – d‘union entre la création picturale et le détournement d’objets ?

Le thème récurrent de la mort sous ses occurrences variées  crâne, squelette, faucheuse, vanités apparaît comme un second lien entre ces deux modalités créatrices.

Une dérision subversive se fait plus perceptible dans les installations : Caddys, FromagerX, Bananes de luxe, Astre noir, Champignon. L’artiste y détourne avec humour des objets quotidiens pour mieux partager son regard amusé sur  la société d’aujourd’hui. Il y a davantage de légèreté dans sa pratique de dépaysement des objets. Ce que transmettent les peintures semblent plus grave.

L’œuvre polymorphe est d’autant plus attachante qu’elle partage avec sincérité le vécu et le ressenti de l’artiste.

 

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :