you're reading...
Articles en français

Image et Poésie par Gérald Alexis

Image et poésie
Gérald Alexis

Avant d’être connue pour ses peintres (naïfs ou autres), Haïti était connue pour ses écrivains, particulièrement ses poètes. Dans le pays, la poésie était au sommet de la hiérarchie des arts et les poètes les créateurs les plus respectés. C’est à la période dite indigéniste que la peinture commence cette percée qui viendra en faire un grand art national. La poésie, étant l’ainée, aurait-elle ouvert la voie à la peinture? Quel rapport s’est alors développé entre poésie et image? A travers des œuvres de poètes, de peintres et photographes nous allons tenter de répondre à ces interrogations.
L’indigénisme, qui se voulait être une arme contre l’occupation américaine d’Haïti (1915-1934), a surtout été une motivation dans la quête d’une identité nationale. Ce mouvement tirait son nom de la Revue Indigène publiée en juillet 1927 et qui a fait une large place à la poésie. Située dans la continuité de cette littérature humano-haïtienne de la génération de la Ronde (1890-1915), cette poésie se voulait être une prise de conscience suite au «choc» de l’occupation. Georges Sylvain qui présentait la Revue, formulait alors le vœu que «par les chanteurs (entendez les poètes) qui chantent le pays et ses beautés, celui-ci serait mieux aimé.» Ainsi l’amour des lettres pourrait être le lien unissant les cœurs dans ces moments difficiles et humiliants. Ces chants alors ont dit la beauté des paysages, celle des produits de la nature tropicale, et aussi et surtout celle des femmes. Ce sont en réalité des images qui ont sans doute inspiré nos peintres et photographes, faisant ainsi entrer les idées indigénistes dans le domaine des arts visuels.
Pétion Savain (1906-1973), romancier, photographe et peintre, est considéré par certains comme le père de la peinture haïtienne moderne. La vérité est qu’il représente, avec quelques autres de sa génération, une étape que je dirais être plutôt prémoderne. Disons simplement, pour ne pas sortir du cadre de ces propos sur le rapport entre poésie et image, que Savain, peintre indigéniste, n’avait comme référence stylistiques que la peinture du 19ème siècle européen. Voilà pourquoi il a fortement critiqué l’œuvre du peintre afro-américain Aaron Douglas fortement marqué par le cubisme. Le Coucher de Soleil (1930) de Savain n’a donc rien de moderne mais affiche sa volonté de parler «le langage du pays» et en cela c’est une innovation.

Pétion Savain

Pétion Savain

Il est possible d’établir un rapport certain entre ce Coucher de Soleil et l’image que l’on peut trouver dans un poème d’Émile Roumer (1903-1988), originaire de Jérémie, connue pour être la «ville des poètes». Dans ce poème : Crépuscule, publié dans Poèmes d’Haïti et de France (1925), Roumer décrit ainsi un paysage au coucher du soleil:
Le crépuscule d’or en camail violet
Palpite à l’horizon où le soleil se noie.
Lentement, comme un rêve, un navire louvoie
à travers l’archipel au roses chapelets.

Comment alors formuler ce rapport? Suffit-il de dire que Savain est poète en peinture ou que Roumer est peintre en poésie ? L’un aurait-il influencé l’autre ? Difficile à dire. On pourrait arguer par contre qu’à l’époque, la peinture n’étant pas encore entrée totalement dans le champ culturel haïtien, n’occupant pas encore une place importante comme elle le fait aujourd’hui, ce serait la poésie qui aurait influencé Savain. Alors, le peintre aurait peut-être voulu faire passer cette peinture, peu valorisée, à un niveau supérieur. Mais allez savoir !
Ce qui est certain c’est que Roumer et Savain sont contemporains. Ils adhèrent tous deux à un même mouvement. Ils se fréquentent même. Il est donc normal qu’ils partagent certaines perceptions, certaines conceptions liées à leur époque, à leur milieu. Une telle affirmation est fondée universellement.
Dans le cadre de l’Indigénisme, la beauté de la femme était un moyen de valoriser la race. Carl Brouard (1902-1965), le poète indigéniste intégral, est connu pour ses vers célébrant la femme haïtienne à travers de véritables portraits qu’il fait dans des vers empreints de sensualité et qu’il répandait dans ses chroniques. Il était journaliste.
Les femmes qu’il décrivait avaient des noms :
Sultana, bijou noir, ton svelte corps est un roseau que le vent balance.
Annie, ta peau a la couleur d’une colombe ardoisée. … tes lèvres douces, sinueuses, violacées comme le fruit de la liane-molle…
Dans la nuit de ton visage, douce Anaïse, tes longs yeux scintillent comme des étoiles…
De tels vers ont vraisemblablement soutenu l’arrivée, dans le domaine de l’art haïtien, du nu féminin. Ce sont des images qui situaient le sujet entre le portrait et le reflet de fantaisies nourries par un certain machisme. Ces représentations de la femme devant allier beauté et sensualité, il est intéressant de noter qu’à cause de lacunes chez nos peintres, au niveau du traitement de l’anatomie, le nu féminin se retrouvait plus souvent dans la photo que dans la peinture. Et si peintures il y avait, elles étaient très probablement réalisées à partir d’images comme celle qu’eut à fixer sur la pellicule Louis Doret, l’un des premier photographes professionnels haïtiens, actif entre 1920 et 1945, et qui fut un contemporain de Carl Brouard.

Louis Doret

Louis Doret

A mesure que s’imposait la peinture en tant que moyen d’expression, on a pu voir dans l’œuvre de poètes et de peintres de générations différentes, une poésie qui éveille l’idée d’une image que l’on pouvait rapprocher d’une image pleine de poésie
Roussan Camille (1915-1956) a eu une carrière de journaliste et de diplomate. Poète, il a écrit ce que le Dr. Pradel Pompilus a qualifié de «méditations raciales et poétiques». On pourrait ajouter aussi sociales dans la mesure où, dans son recueil Assuat à la nuit (1940), il nous dresse des portraits d’hommes et de femmes au prise avec des injustices, des humiliations et des cruautés. Sa poésie est caractérisée par des vers libres mais aussi et surtout par une émotion discrète et une grande simplicité d’expression. Dans un poème adressé à Nedgé il a écrit :
Tu n’avais pas seize ans,…
… Ta souffrance et ta nostalgie
étaient connues
de tous les débauchés :
Les marins en manœuvre,
les soldats en congé,
les touristes désœuvrés
qui ont broyé ta poitrine brune
de tout leur vaste ennui de voyageurs,

Vêtue d’une robe blanche déchirée qu’elle retient pour cacher sa nudité, cette jeune fille qu’a peinte (c1980) Carlo Jean-Jacques (1944-1992) aurait pu être un portrait de Nedgé. Au milieu de cette palette restreinte aux tons atténués de brun, d’ocre et de grisaille, c’est le blanc de la pureté qui a été souillé. Malgré le drame que propose l’image, celle-ci est traitée, sans agressivité aucune. La vie et les personnages des quartiers populaires de Port-au-Prince étaient, pour Carlo Jean-Jacques, emblématiques de cette éternelle et pesante malédiction. L’artiste a lui-même vécu dans ce type d’environnement et c’est là qu’il a rencontré des mères bien trop jeunes, des adolescents sans avenir et des enfants aux grands yeux tristes mais sans larmes.
Dans un cas comme celui-ci, la poésie est surement venue à l’insu de l’artiste, étant le résultat de la peinture elle-même.

Carlo Jean Jacques

Carlo Jean Jacques

Dans les années 1950, en Haïti, on a vu apparaître sur la scène artistique des peintres poètes, ou de poètes peintres, selon l’importance que prenait l’une ou l’autre activité dans leur vie et leur carrière. Dans aucun des cas, on peut dire que ces poètes ont illustré leurs œuvres. Cependant il n’est pas non plus possible d’affirmer que leur poésie et les images qu’ils ont créées soient totalement indépendantes l’une de l’autre. Après tout, elles émanent d’un même tempérament.
Lors d’un spectacle, présenté en 1981 à l’Institut Français dans le cadre l’inauguration de l’exposition «Connaitre les jeunes peintres», revenait en leitmotiv, cet extrait d’un texte de Davertige : «J’ai perdu l’usage du verbe». Davertige est le nom d’emprunt qu’avait adopté le peintre Villard Denis en 1959.
Villard Denis (1940- 2004) se joint aux peintres du Foyer des Arts Plastique où se pratiquait, selon une expression du Dr. Michel-Philippe Lerebours, un «réalisme de cruauté». Avançant dans l’adolescence, ses tendances vers le communisme s’accentuent. En 1957, il écrit ses premiers poèmes et deux ans plus tard, il se joint au poètes d’Haïti Littéraire parmi lesquels il y avait entre autres René Philoctète, Anthony Phelps. Ses poèmes et sa peinture affichent alors un fort contenu social, dénonçant les injustices du monde.
Dans J’ouvre à la nuit (date?) il écrit:
Je regarde passer mon ombre menottée
Comme des prisonniers revenus de prisons lointaines…

 

Villard Denis

Villard Denis

Ces vers résonnent dans l’image d’un individu, menottes aux points, dans l’Esclave (c1958), tableau dont Lerebours a dit qu’il «pourrait passer pour un autoportrait mais aussi pour l’image de tout un peuple enchainé, suppliant dans la nuit».
Villard Denis, le peintre, a soutenu financièrement Davertige, le poète, cependant c’est le poète qui demeure le plus célèbre.

C’est à l’âge de vingt ans que débute véritablement la carrière du peintre Jacques Gabriel (1934-1988). Cette carrière montre au départ tous les signes de la réussite. Aussi, trouve-t-il les motivations et les moyens d’aller voir ailleurs; question de faire mieux. Après des séjours aux États Unis, il tente l’aventure française. Il voyage beaucoup mais reviens en Haïti où c’était comme s’il avait perdu sa place. Il avait tout de même gardé ses admirateurs et amis qui s’en souviennent comme un peintre, certes mais aussi comme un musicien et un poète.

Les femmes ont beaucoup habité les pensées de Jacques Gabriel. Elles représentaient la beauté pure et entretenaient ce goût pour l’érotisme et les plaisirs des sens qui s’affichait dans ses tableaux comme dans sa poésie.
…vos cuisses chauffées
à blanc de mon désir rouge
érigé comme un palmier

 

Jacques Gabriel

Jacques Gabriel

Max Pinchinat a mal vécu son exil en France, exil qu’il a choisi. On peut lire ce sentiment de nostalgie dans son choix de couleurs. Elles ne sont jamais flatteuses, ni n’ont jamais aidé à une quelconque séduction. Ses couleurs sont tout simplement intimement liées à sa terre natale. Et même lorsqu’ à un moment il a recouvert ses toiles de blanc, c’était pour célébrer la «couleur-lumière» au milieu du gris et du bleu froid de sa terre d’accueil.
En 1954 ces vers de Voici le vide, paru dans Poèmes Hountos, disaient :
Dehors il fait gris
c’est l’hiver
Et c’est pour cela…

 

Max Pinchinat

Max Pinchinat

Les points de suspensions viennent alors arrêter l’expression de ses sentiments qu’il ne veut pas avouer. C’est un peu la même chose qui se passe dans des images d’Haïti, comme ces cocotiers (1962) gardées en mémoire et qu’il traite de manière intellectuelle, pensant ainsi occulter ses émotions.

Horace disait que «La poésie est comme la peinture». Quoiqu’ ayant chacune leur moyen d’expression, elles sont souvent identiques dans leur nature profonde, leur contenu et leur finalité. Disons alors que poésie et peinture étant sœurs, c’est merveilleux que, grâce à ces rapports et à cette parenté, il est possible de trouver des images dans de la poésie et de la poésie dans des images.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :