you're reading...
Articles en français

La cause des femmes

Susana Pilar Delahante Matienzo

Tropiques Héritage

Tropiques Atrium scène nationale

du 3 au 23 décembre 2015

Quelles personnalités martiniquaises rejoindront la base de données Mumuolv grâce à votre participation ?

 

mumuolv

mumuolv

Mumuolv, c’est le musée virtuel des femmes oubliées, dédié comme The Dinner Party de Judy Chicago, à toutes les femmes dont l’action déterminante en faveur de l’humanité n’a pas été suffisamment reconnue. Vous pouvez consulter cette plate – forme pour y puiser des informations mais aussi l’enrichir.

http://mumuolv.com

C’est une des œuvres de Susana Pilar Delahante Matienzo qui sera exposée à Tropiques Atrium scène nationale du 3 au 23 décembre prochain.

Susana a créé une autre œuvre numérique interactive, Dominadora inmaterial, qu’elle a exposée à la dernière Biennale de Venise, dans le pavillon cubain de l’île San Servolo.

Dominadora inmaterial crédits photo: Anna Maria La Mastra.

Dominadora inmaterial
crédits photo: Anna Maria La Mastra.

C’est un site web où une femme virtuelle dominatrice manipule ses esclaves financiers et les dépouille de leur fortune. L’artiste évoque ainsi le monde virtuel de la finance et l’importance de la question du genre dans le domaine de la finance et du pouvoir. Elle questionne aussi l’illusion et le virtuel.
Susana a eu l’opportunité de se rendre à Venise pour installer son œuvre, assister au vernissage de la Biennale de Venise et rencontrer d’autres plasticiens comme Lin Yilin originaire de Chine, invité à exposer dans le même Pavillon dont  voici la présentation :

 

carton d'invitation de la Biennale de Venise

carton d’invitation de la Biennale de Venise

https://aicasc.files.wordpress.com/2015/11/susana-blog2.pdf

Elle a également été sélectionnée pour les récentes biennales de La Havane :

https://aicasc.files.wordpress.com/2015/11/susana-bloghavana-biennale-newsletter.pdf

Susana Pilar Delahante s’inscrit dans une contemporanéité conceptuelle et interactive dans le droit fil de la thématique trimestrielle retenue par le directeur de Tropiques Atrium scène nationale , Hassan Kassi Kouyate : un hommage à Suzanne Roussi et à travers elle à toutes les créatrices engagées.

Bien que Susana Pilar Delahante Matienzo ait tout juste trente ans, son parcours artistique est déjà dense. Elle a participé à de nombreux workshops et expositions au Canada, en Autriche, au Canada, en Allemagne, aux Etats – Unis, à la Réunion. Elle a exposé lors de la dernière biennale de Venise au sein du Pavillon cubain comme dans les récentes biennales de Cuba, son pays natal.
Susana Pilar Delahante Matienso, travaille la photographie, la vidéo, la performance. Elle engage son propre corps dans ses œuvres et cherche à provoquer une évolution positive de la société. Toutes ses créations évoquent la condition féminine selon quatre modalités, de la plus légère à la plus grave : l’affirmation et la valorisation de son identité féminine caribéenne, la critique de la place secondaire réservée aux femmes dans la société et dans le monde de l’art, la mise en exergue de la pression sociale exercée sur les femmes, enfin, la stigmatisation des violences physiques infligées aux femmes.
Ainsi l’exposition Tropiques Héritage présente quelques photos choisies du Concours de beauté pour un cheveu africain que Susana a organisé en 2015 à la Biennale de Cuba. Ces photos accompagnent la vidéo, captation de la performance El Tanque.

 

 

El tanque

El tanque

El tanque

El tanque

L’artiste s’insurge contre les souffrances du défrisage à chaud que s’infligent les femmes pour se transformer et répondre à des canons de beauté imposés par la société. Les œuvres que propose Susana sont une réflexion sur l’identité en lien direct avec l’actualité. Si la vague déferlante du Nappy est adoptée aujourd’hui par de plus en plus de femmes elle était tombée dans l’oubli à la fin des années soixante, après avoir été popularisée par les Black Panthers puis la mode disco.

Concours de beauté pour un cheveu africain we bring it curly

Concours de beauté pour un cheveu africain
we bring it curly

Concours de beauté pour un cheveu africain we bring it curly

Concours de beauté pour un cheveu africain
we bring it curly

Concours de beauté pour un cheveu africain we bring it curly

Concours de beauté pour un cheveu africain
we bring it curly

Dans la série photographique Llave Maestra, Susana pose fièrement avec un objet emblématique de la culture cubaine et caribéenne, le coutelas. Symbole cubain de l’Indépendance mais aussi outil indispensable dans la lutte déterminée pour la survie dans un contexte difficile.
Après ses œuvres nées de l’affirmation de soi, Mumuolv et Confrontation s’élèvent contre la place mineure accordée aux femmes comme bien des œuvres d’artistes féministes européennes et américaines , Barbara Kruger, Les Guerilla Girls, Judy Chicago.

Dominadora inmaterial crédits photo: Anna Maria La Mastra.

Dominadora inmaterial
crédits photo: Anna Maria La Mastra.

C’est contre le peu de visibilité du corps féminin noir dans l’histoire de l’art que Confrontation se rebelle dans la lignée des Renée Cox, Carrie Mae Weems, Florine Demosthène , Tracey Rose.
Simulation critique la vision erronée de la femme diffusée par les journaux féminins. Toujours jolies et sures d’elles, toujours parfaitement maquillées et habillés à la dernière mode. En triturant les images des magazines, Susana cherche à révéler la face cachée, la réalité à laquelle on n’échappe pas même si on la dissimule.

Pase, acceso ilimitado

Pase, acceso ilimitado

Enfin les deux dernières séries, Untitled et Pase, acceso ilimitado stigmatisent les violences physiques subies par les femmes, battues, violentées, assassinées. L’artiste affirme son empathie dans des montages photographiques où se superposent son propre corps et celui des victimes.
Des performances sont aussi prévues le soir du vernissage, Susana lira et partagera des textes de Suzanne Roussi au cours d’actions surprises.
C’est que l’art aujourd’hui se préoccupe moins de quête esthétique, de recherches matiéristes, de beauté à contempler que de la posture de l’artiste, du regard qu’il porte sur le monde qui l’entoure.
Cette exposition où l’artiste s’implique physiquement engage le public à réfléchir au monde qui l’entoure et à agir pour l’améliorer.
Du 27 novembre 2015 au 31 janvier 2016, Susana participe à une exposition collective à la Galleriacontinua dans le quartier chinois de La Havane avec ‘Anclados en el Territorio‘ – Alejandro Campins, Elizabet Cerviño, Carlos Garaicoa, Reynier Leyva Novo, José Yaque .

 

https://aicasc.files.wordpress.com/2015/11/galleria-continua-susana.pdf

Dominique Brebion

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :