you're reading...
Articles en français

MAR DE ISLAS,FESTIVAL CARIBEEN DE PERFORMANCES

Face à la ségrégation actuelle subie par la Caraïbe,  poussés par l’urgence d’incarner  la MAR DE ISLAS,  Helen Ceballos, performeuse ,  photographe,  vidéaste mais également  productrice et responsable culturelle,  Marina Barsy Janer, artiste, chercheur, éducateur et curator indépendant, Isil Sol Vil,artiste, pédagogue curator, fondateur et directeur de MATERIC.ORG , un  espace nomade de création et de pédagogie radicale ont initié et coordonnent un festival caribéen de performances. Cette rencontre d’artistes caribéens s’est créée dans l’archipel de Borikén (Porto Rico), l’une des plus anciennes colonies du monde. 

MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe _artistas seleccionadxs esp

L’objectif principal est de fédérer et d’échanger créations, sensibilités, résistances et connaissances entre voisins caribéens, à travers l’art de la performance. MAR DE ISLAS est organisé dans une perspective horizontale, antiraciste et féministe. Réunir les Caraïbes est un acte politique que les organisateurs abordent  à partir de leurs connaissances en tant que  caribéens. Ils  cherchent à  co-créer des espaces pour la reconnaissance de l’existence et des connaissances de la Caraïbe d’un point de vue décolonial.

Il s’agit de générer collectivement un espace qui invite, à travers l’art de la performance ou de l’action, à la réflexion sur les géographies corporelles des Caraïbes.

« Une mer nous unit et nous nomme Caraïbes, la même que nos ancêtres ont tissée entre les îles créant des espaces de vie pour la communication, l’échange, la rencontre, la culture et la communauté. Aujourd’hui, depuis l’invention des « nations » imposées par les colonisateurs, la mer des Caraïbes est frontière et mort. La Caraïbe est colonisée comme altérité, comme une Caraïbe racialement invisible, fragmentée, exotique et érotisée pour servir de paradis touristique, de dépotoir, d’expérimentation et d’exploitation socio-économique-scientifique-agricole-militaire de et pour le Nord global. Nous écrivons de cette Caraïbe isolée d’elle-même, capable de reproduire les pratiques coloniales depuis l’épicentre de son corps-maison. Ces archipels partagent la même plaie ouverte. Mais surtout nous écrivons de cette Caraïbe rebelle, qui se réinvente et se renforce au quotidien, semant graines et fraternités.

Nous avons été inspirés par l’idée d’une mer d’îles par le penseur Epeli Hau’ofa (1993), qui depuis le panorama colonial du Pacifique nous invite à transformer ce vaste océan de petites îles isolées en une mer qui est ACCUEIL DES RESEAUX HISTORIQUES intégrés par des systèmes d’échanges culturels et commerciaux. Situés depuis les Caraïbes, nous avons posé la question : est-il possible d’imaginer une communauté caribéenne qui permette la mobilité libre et accessible des personnes entre les îles et la coordination conjointe des décisions économiques, environnementales, sociales et culturelles ? Comment, à partir de nos attaches, de nos rôles et de nos fonctions, parions-nous de  regarder à l’intérieur et de  renforcer un réseau qui nous permette de nous (re)connaître ? »

Cette première édition de MAR DE ISLAS Caribbean performance meeting se tiendra du 22 au 28 novembre 2021, et se compose de cinq phases : discussion, résidence artistique et exposition, pédagogie, événement de clôture  et publication de la rencontre. 

A travers un appel ouvert, traduit en quatre langues (espagnol, créole, anglais, français), six  artistes de six  îles différentes ont été choisis pour se réunir et créer notre MER DES ILES.

Trois  écosystèmes sont proposés pour réaliser les pièces de performance : la mer, la forêt et la ville. Chaque artiste aura la possibilité de travailler dans l’un de ces écosystèmes pour créer in-situ une performance inédite. Avant la présentation publique des performances, les créateurs auront une période de résidence pour créer leurs pièces.

La résidence artistique se déroulera du 22 novembre au 26 novembre et les performances seront présentées du 26 au 28 novembre 2021 dans les écosystèmes choisis. 

Les  six  artistes sélectionnés, parmi plus de cinquante  propositions soumises ont été présentés :

Natusha Croes (Aruba)

Natusha Croes (Aruba). Foto cortesia artista para MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe 2021

Que signifie faire de la place pour ces deux choses anciennes ?

Le corps et le paysage ; chacun étant dans un état de vénération pour la sagesse qui émerge lorsqu’ils redeviennent un.

Un état des lieux est cultivé. De là émane la fluidité de notre existence. Nous trouvons l’enfant au bout de nos doigts qui chuchote; Démêler un état de curiosité qui permet une conversation, un approfondissement de l’espace intérieur, un état d’écoute profonde, transgresser les limites qui définissent où nous finissons et où nous commençons, la compassion est cultivée, nous sommes emportés par la force créatrice qui touche permet.

Un contact qui cherche à devenir une caresse, un mouvement, une danse, qui nous entraîne dans la musicalité des énoncés poétiques d’où émerge une nouvelle réalité.

Luis Vásquez la Roche (Trinidad and Tobago)

Luis Vasquez la Roche (Trinidad y Tobago). Foto cortesia artista para MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe 2021

Né  en 1983, diplômé de l’Université des Antilles avec une maîtrise de l’Université du Commonwealth de Virginie Il a exposé dans des institutions telles que Field Projects à New York, ICOSA à Austin au Texas, Denison Art Space dans l’Ohio, Deakin University à Melbourne en Australie, La Vulcanizadora à Bogotá en Colombie, MCLA Gallery 51 au Massachusetts, Fresh Milk à la Barbade, Alice Yard à Trinité-et-Tobago, LACE à Los Angeles en Californie, AIR Gallery à New York et l’Institute of Contemporary Art de Richmond en Virginie. Il a été sélectionné en tant que résident de l’artiste en résidence OAZO aux Pays-Bas en 2013 et du séminaire itinérant local Beta 2016 à Porto Rico. En 2013, il co-fonde See You on Sunday, un collectif d’artistes engagé dans l’éducation artistique. Il a reçu la bourse Fulbright en 2018 et en 2021 il fait partie de la Biennale AIR à New York. Il a enseigné à la Virginia Commonwealth University et à l’Université de Trinité-et-Tobago.  

Déclaration d’artiste

Depuis que j’ai trouvé le registre des esclaves de Trinité-et-Tobago, je me suis intéressé aux documents et images historiques liés à la traite négrière atlantique. Je m’intéresse aux aspects qui se répètent de diverses manières dans le présent. Des aspects tels que le travail, la mort, l’invisibilité, l’oppression, la violence et la discrimination sont profondément présents. Bien que la traite négrière ait réussi à déshumaniser des millions d’Afro-descendants, avec pour conséquence de continuer à le faire dans le présent, nous pouvons trouver de l’espoir, de la résistance et de la résilience. Une partie essentielle de ma recherche est une enquête sur les matériaux associés à l’histoire de la traite négrière. J’utilise ces matériaux dans mon travail pour articuler les problèmes de race, d’identité, de culture, de politique et de spiritualité.

Madeline Jiménez Santil (Dominican Republic)

Madeline Jiménez Santil (República Dominicana). Foto cortesia artista para MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe 2021

Madeline Jiménez est née à Saint-Domingue (RD) en 1986. Elle a étudié les Beaux-Arts à l’école Altos de Chavón, affiliée à la Parsons The New School for Design à New York. En 2006, elle  a déménagé à Mexico pour terminer son baccalauréat à l’École nationale des arts plastiques et de 2015 à 2016 a fait partie du programme éducatif SOMA. 

En 2016, elle développe le projet pédagogique et artistique Semillero Caribe avec Minia Biabiany et Ulrik López : un séminaire expérimental basé sur des exercices avec le corps et le dessin liés à des concepts par des penseurs caribéens. Ses recherches portent sur les relations possibles entre le corps/matière et la Géométrie, repensant les conditions de l’exotisme, de l’étrange et de la migration, les abordant toujours à partir de la compréhension de son propre corps et en dialogue permanent avec l’espace environnant.

Déclaration d’artiste

J’essaie de construire un corps instable , qui oscille en permanence entre deux ou plusieurs points, toujours en relation avec la géographie qu’il occupe et qui se dessine à partir de contrastes, de perturbations, de répétitions sonores et graphiques, d’odeurs et de goûts, de mémoire ; ou parfois un peu plus abstrait lorsque j’essaie de traduire les qualités de ces Corps en Objet d’Art traditionnel à partir de dessins minutieux de motifs géométriques.

Luis Manuel Otero Alcántara (Cuba)

Luis Manuel Otero Alcántara (Cuba). Foto cortesia artista para MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe 2021

Luis Manuel Otero Alcántara (La Havane, 1987) artiste visuel et activiste. Son travail a été exposé dans des expositions collectives telles que The Mother of All Arts au Wifredo Lam Contemporary Art Center, La Havane, et We Don’t Know Go Back Alone à El Ranchito-Matadero. Madrid, Espagne, ce dernier dans le cadre du programme de résidence El Ranchito-AECID-Artista X Artista. D’autres projets de groupe ont été développés dans des Biennales comme Asunción, Curitiba et La Havane.

Il est co-auteur du Musée de la Dissidence à Cuba, une plateforme qui établit des espaces de dialogue et de création artistique ; et pour lequel il a reçu en 2018 l’ Index on Censorship Freedom of Expression Awards , dans la catégorie Art. Cette même année, il donne la conférence performative Un autre traité de Paris à l’événement Hors Pistes, 13e édition. La Nation et ses fictions au Centre Pompidou. Paris France.

Teresa Hernández (Puerto Rico)

Teresa Hernández (Puerto Rico). Foto cortesia artista para MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe 2021

Une déclaration de l’artiste que je suis est quelque chose qui me paraît de plus en plus incertain. 

J’ai parcouru les univers du scénique et de la danse en conversation avec les vestiges de l’avant-garde du XXe siècle revisités par les caribéens. 

Le corps en mouvement a été une constante pour penser ce qui est vécu.

J’assume l’espace comme langage.

Ma formation-des, artistique, citoyenne, humaine s’est déroulée au sein de cet archipel portoricain, elle a guidé mes rages et mes passions. 

Le sel, la rafale, les sargasses, l’érosion des côtes, ont guidé le cours de mes pratiques

L’érotisme de vivre continue de me séduire. 

Je sais qu’à tout moment je peux être écrasé comme un hérisson, mais attention, je m’agenouille.

Henri Tauliaut (Martinique)

Henri Tauliaut (Martinica). Foto cortesia artista para MAR DE ISLAS encuentro de performance del Caribe 2021

Depuis deux décennies, l’artiste-chercheur s’intéresse aux relations entre art et science, orientant ses recherches dans deux directions principales : l’art interactif et le bioart. Il est titulaire d’un doctorat dont le titre est : Les arts biologiques et numériques en relation avec l’expérience d’artistes contemporains de la Caraïbe et du continent américain sur ces thématiques .

Il expose et se produit dans les Caraïbes, en Amérique du Nord et du Sud, en France, au Sénégal et en Chine. Représente la Guadeloupe et la France en 2015 à la 12e Biennale de La Havane avec Jungle Sphère 3.0 . Henri Tauliaut a présenté l’œuvre Flying Shape Courtship à la National Gallery of Jamaica lors de l’exposition internationale Digital en 2016. En juillet 2018, il était en résidence d’artiste à la prestigieuse Red Gate Residency à Pékin. En octobre 2018, il a présenté l’exposition Empowerment au Guadalupe Contemporary Art Fund. En avril 2019 il présente la performance Bubblesau Wolfsonian-FIU Museum de Miami, dans le cadre du Festival du Tout-Monde organisé par l’Institut français de Miami. En juillet 2019 il a présenté le projet Bio-Art pour lequel il a conçu et réalisé le laboratoire mobile appelé Device for Genetic Experimentation .

Depuis 2015, l’artiste-interprète réalise une série de performances avec la chorégraphe-interprète Annabel Guérédrat. Ensemble, ils dirigent en avril 2017 puis en novembre 2019, la première et la deuxième édition du Festival International des Arts du Spectacle de Martinique.

 

La clôture de la manifestation est programmée  le 28 novembre au Musée d’art contemporain de Boriken

 

Dominique Brebion

.

Discussion

Pas encore de commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Retrouvez toute l’information sur le marché de l’art

artprice
%d blogueurs aiment cette page :